Le Canada désigne le groupe syrien Jaysh al-Mouhajirine wal-Ansar organisation terroriste

Des combattants islamistes en Syrie (Archives/Alice Martins/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des combattants islamistes en Syrie (Archives/Alice Martins/AFP)
Des combattants islamistes en Syrie (Archives/Alice Martins/AFP)

Le Canada ajoute aujourd’hui à liste des entités terroristes prévue au Code criminel le groupe militant djihadiste Jaysh al-Mouhajirine wal-Ansar, coupable, notamment d’enlèvements, de prise d’otages et d’attaques-suicides et avec qui il est désormais criminelle d’effectuer sciemment des transactions portant sur les actifs ou les finances de ce groupe.

Le groupe Jaysh al-Mouhajirine wal-Ansar est un groupe militant djihadiste opérant principalement dans la région d’Alep, dans le nord de la Syrie et caractérisé par la présence dominante en son sein d’étrangers provenant du Caucase, principalement des Tchétchènes.

Le groupe visé est dirigé, selon le ministère, par les Tchétchènes du Caucase du Nord, en Russie, et le groupe compte environ 1000 combattants, étrangers pour la plupart.

Il entretient, dit le ministère canadien de la Sécurité publique, des liens avec l’État islamique et Jabhat al-Nusra [le front Al-Nosra, ndlr], qui sont également inscrits à la liste des entités terroristes en vertu du Code criminel.

Jaish al-Muhajireen wal-Ansar (Armée des émigrants et partisans en arabe) a joué un rôle actif dans la guerre civile syrienne contre le gouvernement syrien. Le groupe a été brièvement affilié à l’État islamique d’Irak et du Levant, devenu depuis le groupe l’État islamique. Il a été désigné comme une organisation terroriste par le Département d’État des États-Unis le 24 septembre 2014, un peu plus d’un mois avant que le Canada ne l’ajoiute à son tour à sa liste d’organisations terroristes.

En février 2014, le groupe s’était placé sous le commandement de Ahl Al-Sham, une commandement conjoint composé des principaux groupes rebelles actifs à Alep, dont Jabhat Al-Nusra (Front al-Nosra), le Front islamique et l’Armée des Moudjahidines. Il aurait joint depuis une autre alliance djihadiste, le Jabhat Ansar al-Deen.

Les gestes du groupe Jaysh al-Mouhajirine wal-Ansar répondent aux critères juridiques prévus dans le Code criminel, selon lesquels il doit exister des motifs raisonnables de croire que l’entité a sciemment participé à une activité terroriste ou l’a facilitée ou qu’elle a agi sciemment au nom d’un groupe terroriste, sous sa direction ou en collaboration avec lui, précise le communiqué qui annonce cette désignation.

Les tactiques de l’organisation comprennent des attentats-suicides commis à l’aide d’engins explosifs improvisés à bord de gros véhicules, des attaques au sol, des prises d’otages et des enlèvements, y compris de ressortissants étrangers et de civils syriens.

«Cette modification à la liste des entités terroristes en vertu du Code criminel illustre bien l’engagement du gouvernement du Canada à s’assurer que la liste reflète la nature en constante évolution des entités terroristes», déclare le ministère de la Sécurité publique.

«Les activités d’entités terroristes comme le groupe Jaysh al-Mouhajirine wal-Ansar démontrent la complexité et la nature évolutive du terrorisme mondial. Ce groupe est responsable d’atrocités ignobles contre des civils innocents, en Syrie. Le gouvernement du Canada continuera de prendre position contre les effets dévastateurs du terrorisme et contre ceux qui financent leurs actes, à la fois au pays et partout dans le monde. Nous continuerons de prendre les mesures nécessaires pour protéger les Canadiens de ces menaces mondiales.», a déclaré pour sa part le ministre canadien de la Sécurité publique, Steven Baney.