L’Etat Islamique peut compter sur de nouveaux fidèles au Moyen-Orient

40
Le groupe terroriste égyptien Ansar Beit Al-Maqdess a annoncé son allégeance à l'Etat Islamique (Archives/Al-Arham)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le groupe terroriste égyptien Ansar Beit Al-Maqdess a annoncé son allégeance à l'Etat Islamique (Archives/Al-Arham)
Le groupe terroriste égyptien Ansar Beit Al-Maqdess a annoncé son allégeance à l’Etat Islamique (Archives/Al-Arham)

L’«État islamique» (EI) se fait de nouveaux alliés. Ce lundi, l’organisation terroriste a obtenu l’allégeance du principal groupe djihadiste égyptien afin d’étendre son influence au Moyen-Orient.

«Nous annonçons prêter allégeance au calife Ibrahim Ibn Awad (…) pour écouter et obéir», a déclaré le groupe égyptien Ansar Beït al-Maqdess dans un enregistrement audio, en référence au nom religieux du chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi.

Ansar Beït al-Maqdess ou «Les partisans de Jérusalem», n’a cessé de multiplier les attentats meurtriers ces derniers mois contre les forces de l’ordre en Egypte, et plus particulièrement dans la région du Sinaï, où il est basé.

Ces agissements auraient pour motif les représailles à la répression sanglante qui s’est abattue sur les islamistes après la destitution par l’armée du président Mohamed Morsi, au début de l’été 2013.

La guerre des clans

Jean-Pierre Filiu, spécialiste de l’islam radical, est convaincu que l’EI «a définitivement détrôné Al-Qaïda comme référence ultime du djihad global à vocation planétaire».

En effet, l’allégeance du groupe Ansar Beït al-Maqdess à l’EI, ne fait que renforcer l’influence de l’Etat islamiste influence au Moyen-Orient, alors que le groupe égyptien affirmait jusqu’à présent s’inspirer d’Al-Qaïda.

Néanmoins, les principales franchises d’Al-Qaïda en Afghanistan, Syrie, Somalie, Sahel et Yémen, demeurent toujours fidèles au chef de ce réseau, Ayman al-Zawahiri, très critique à l’égard de l’EI.

L’annonce d’Ansar Beït al-Maqdess intervient après un week-end de rumeurs et d’informations contradictoires selon lesquelles Abou Bakr al-Baghdadi, le leader de l’EI, aurait été blessé, voire tué, dans des raids de la coalition ayant visé vendredi des dirigeants de l’EI.