Militaires et civils rendent un dernier hommage à l’adjudant Patrice Vincent (PHOTOS/VIDÉO)

0

Lors des funérailles qui avaient lieu ce samedi 1er novembre en matinée à Longueuil, plusieurs dignitaires, hommes et femmes politiques, militaires et civils ont rendu aujourd’hui un dernier hommage à l’adjudant Patrice Vincent, décédé des suites de ses blessures le soir du 20 octobre 2014 après avoir été happé par la voiture d’un partisan du djihad qui avait foncé sur un groupe de militaires ce matin là.

Membre de l’Unité interarmées de soutien du personnel au Centre intégré de soutien du personnel de St-Jean (Québec), l’adjudant Patrice Vincent, 53 ans, a servi 28 ans comme pompier au sein de l’Aviation royale canadienne. Il appartenait au 438e Escadron tactique d’hélicoptères situé à Saint-Hubert au Québec.

Les funérailles de l’adjudant Vincent surviennent quatre jours seulement après celles du caporal Nathan Cirillo, à Hamilton, lui aussi victime d’un partisan du djihad qui l’a abattu alors qu’il montait la garde devant le Monument commémoratif de guerre, à Ottawa.

Samedi 29 octobre, avait eu lieu à Saint-Hubert, face au 438e escadron tactique d’hélicoptères des Forces armées canadiennes un cortège de solidarité et de soutien des forces de l’ordre aux collègues militaires endeuillés par le décès de l’Adjudant Patrice Vincent.

Aujourd’hui, un grand nombre de hauts-gradés et plusieurs hommes et femmes politiques s’étaient déplacés pour ce dernier hommage qui s’est déroulé à la Cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue à Longueuil.

Y assistaient notamment le Premier-ministre canadien Stephen Harper, qui a tenu à saluer un «grand canadien».

Étaient également présents, le chef de l’opposition officielle Thomas Mulcair, le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, le ministre de la Défense nationale Rob Nicholson, le commandant de la 2e Division du Canada, le brigadier-général Stéphane Lafaut et le commandant de l’Aviation Royale canadienne, le lieutenant-général Yvan Blondin, qui, combatif, a d’ailleurs tenu à saluer l’ennemi dans un tweet peu après la cérémonie.


Étaient aussi présents le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney et son collègue des Anciens Combattants, Julian Fantino, ainsi que le critique libéral en matière d’Affaires étrangères, Marc Garneau, et la porte-parole néo-démocrate pour le Québec en matière de Défense Élaine Michaud.

«Nos pensées et nos prières sont avec la famille et les amis de l’adjudant Patrice Vincent. L’adjudant Patrice Vincent est un héros canadien qui a donné sa vie au service de son pays», a déclaré sur place le ministre de la Défense.

Conformément à la volonté de la famille, seules les personnes invitées on pu assisté au service funèbre à l’intérieur de l’église, mais plus d’un millier de citoyens ont pu honorer la mémoire de l’adjudant Vincent le long de la route qu’a emprunté le cortège funèbre, parti du Complexe funéraire Yves Légaré à Longueuil ce matin peu après 10h pour se rendre la Cocathédrale.

En outre, la service funèbre a été suivie d’une salve d’honneur à l’extérieur de la Cocathédrale et le drapeau canadien a ensuite été remis à la famille de l’adjudant Vincent.

Patrice Vincent laisse dans le deuil sa mère, trois sœurs et un frère.

Patrice Vincent «le pompier» des réseaux»

Tout ceux qui ont connu l’adjudant Patrice Vincent le savent: c’était un homme qui aimait rester discret, mais qui avait bon cœur et savait vivre.

Quelques jours avant la cérémonie, 45eNord.ca a rencontré quelques uns de ses collègues de travail au 438e escadron tactique d’hélicoptères de la base de Saint-Hubert.

Pour le caporal Gabriel Gauthier-Beaudoin, la cérémonie de ce samedi est importante et il ne la manquera pour rien au monde. «J’espère qu’elle nous permettra de faire notre deuil, tant dans notre famille de la 438 que dans sa famille personnelle».

À la base de Saint-Hubert, à l’étage, dans la zone dite d’opérations, le service informatique a une chaise qui est désormais vide, celle de l’adjudant Patrice Vincent, décédé après avoir été renversé volontairement par une voiture conduite par Martin Couture-Rouleau, qui s’était radicalisé depuis plusieurs mois.

Sur le bureau de cet expert en informatique, pompier de formation, tout est resté en l’état, personne n’a rien touché. Une dizaine de disques durs sont toujours là, tout comme différents matériels informatique et notes de choses à faire.

«C’est la personne qu’on appelait quand on avais un problème [informatique], on téléphonait et l’adjudant Vincent arrivait dans la seconde!», indique d’emblée le lieutenant Guy Bernard. «Il était ici quand on arrivait le matin et il était encore ici quand on repartait le soir».

«Quand il était dans le bureau, on s’amusait beaucoup, c’était un homme plein d’énergie,  mais réservé», nous a raconté pour sa part le sergent Marc Adolph, qui travaille aussi au service informatique. «Tous les jours je savais qu’il serait là avant moi et qu’il serait là après que je sois parti… c’est sûr que sa présence va me manquer».

«De mon bureau je pouvais le voir marcher dans le hangar plusieurs fois par jour», se rappelle le lieutenant Bernard. «J’ai tellement vu l’adjudant Vincent que je le vois encore… au mess, dans son bureau».

L’adjudant Vincent n’est peut-être plus là physiquement, mais il restera certainement à jamais dans le cœur et les esprits de la famille du 438e escadron.

Nous piquons!

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». En Afghanistan, en Haïti, en Europe de l'est, dans l'Arctique, aux États-Unis, ou un peu partout au Canada, il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action.

Répondre