Ukraine: le président Porochenko entérine de facto la partition du pays

0
122
Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncer que l'Ukraine allait revoir ses engagements de paix, suite aux élections séparatistes de dimanche dans l'est du pays. (Service de presse/Gouvernement ukrainien)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncer que l'Ukraine allait revoir ses engagements de paix, suite aux élections séparatistes de dimanche dans l'est du pays. (Service de presse/Gouvernement ukrainien)
Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé retirer tous les services publics des régions séparatistes. (Archives/Service de presse/Gouvernement ukrainien)

Le président ukrainien Petro Porochenko a ordonné le retrait de tous les services publics des régions sous contrôle des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine. Ces mesures entérinent de facto la partition du pays.

Dans un décret, M. Porochenko ordonne au gouvernement de prendre des mesures d’ici une semaine « pour mettre fin aux activités des entreprises, institutions et organisations étatiques dans les divers territoires où l’opération antiterroriste est conduite ».

Cette décision s’applique aux services publics tels que les écoles, les hôpitaux et les secours, a expliqué à l’AFP un haut responsable ukrainien sous le couvert de l’anonymat. « C’est une mesure décisive, c’en est fini des petits jeux », a dit le haut responsable. « Toutes les structures que l’État finance là-bas seront retirées ».

« Les fonds (ainsi économisés, ndlr) seront distribués sous forme d’aide humanitaire pour ces régions », a-t-il précisé.

Publié alors que se tient à Brisbane (Australie) un sommet du G20 où la question ukrainienne devait occuper une place centrale, le décret présidentiel ordonne aussi l’évacuation, avec leur accord, des fonctionnaires et le retrait dans la mesure du possible des documents et biens publics.

Les tribunaux, magistrats et prisonniers devront être déplacés hors des zones aux mains des séparatistes, ajoute le texte, qui annonce aussi une amnistie pour les auteurs de petits délits. Il va en outre être « proposé » à la banque centrale ukrainienne de prendre des mesures d’ici un mois pour mettre fin aux services bancaires aux entreprises et aux particuliers.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) se réuniront lundi pour envisager de nouvelles mesures et peut-être des sanctions contre la Russie en raison de son rôle dans la crise en Ukraine. Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a annoncé cette rencontre depuis le sommet du G20.

« La Russie, pour sa part, doit exercer toute son influence sur les insurgés pour qu’ils mettent en oeuvre les accords de Minsk », a dit Van Rompuy lors d’une conférence de presse. « La Russie doit cesser d’acheminer des armes et des troupes en Ukraine et elle doit retirer les soldats qui s’y trouvent déjà », a-t-il continué.