USA: le secrétaire à la Défense renonce à un voyage, rumeurs sur son remplacement

Le Secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel, là gauche, le chef d'État-major des États-Unis, Martin E.Dempsey, au défilé à Séoul pour commémorer le 60e anniversaire de l'alliance américano-coréenne (Erin A. Kirk-Cuomo/DoD))
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le Secrétaire américain à la Défense  Chuck Hagel, là gauche, le chef d'État-major des États-Unis, Martin E.Dempsey, au défilé à Séoul pour commémorer le 60e anniversaire de l'alliance américano-coréenne (Erin A. Kirk-Cuomo/DoD))
Le Secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, à gauche, et le chef d’État-major des États-Unis, Martin E.Dempsey, au défilé à Séoul pour commémorer le 60e anniversaire de l’alliance américano-coréenne en octbre 2013 (Erin A. Kirk-Cuomo/DoD))

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a renoncé à un voyage prévu de longue date au Vietnam et en Birmanie ce mois-ci sur fond de rumeurs de son remplacement.

Cette décision de reporter ce déplacement de 10 jours a été prise après des critiques à l’encontre de M. Hagel formulées par des responsables anonymes de l’administration du président Barack Obama.

Des médias ont fait notamment état d’un éventuel remplacement de M. Hagel et d’autres hauts responsables militaires à l’occasion d’un remaniement de l’équipe de sécurité nationale de Barack Obama, après les élections de mi-mandat ce mardi.

Mais des responsables militaires mardi ont rejeté ces critiques et spéculations.

La décision de reporter ce voyage a été prise en raison de sollicitations importantes dans l’emploi du temps du secrétaire (Hagel), y compris des auditions parlementaires, a expliqué par courriel un responsable militaire, qui s’exprimait sous couvert de l’anonymat.

«C’était la décision la plus prudente à prendre pour s’assurer que M. Hagel soit disponible pour répondre aux questions du Congrès», a renchéri le porte-parole du Pentagone John Kirby lors d’une conférence de presse.

«C’était juste une décision prudente de planification, rien de plus», a ajouté M. Kirby.

Interrogé sur le fait que M. Hagel voulait sans doute consolider sa position, M. Kirby a répondu que le chef du Pentagone était en bons termes et avait d’excellentes relations de travail avec les conseillers de M. Obama.

«Le secrétaire (Hagel) apprécie sa relation très étroite avec le président et le personnel de la sécurité nationale», a-t-il poursuivi.

«Il estime faire partie d’une équipe qui aide le président à s’y retrouver dans les différents grands enjeux et décisions de sécurité nationale», a-t-il expliqué.

Ce voyage n’avait pas encore été annoncé officiellement, et il serait ainsi reporté à l’année prochaine.

Ce report intervient alors que Maison Blanche et Pentagone discutent de la meilleure stratégie à adopter contre le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie, contre lequel les Etats-Unis lancent des frappes quotidiennes depuis le 8 août.

Le secrétaire à la Défense avait reconnu mardi dernier que le régime syrien de Bachar al-Assad, dont les troupes luttent contre une multitude de groupes rebelles, pourrait profiter des raids aériens américains contre le groupe EI.

Selon le New York Times, dans une note adressée à Susan Rice, la conseillère à la sécurité nationale de M. Obama, M. Hagel a prévenu que la stratégie américaine en Syrie risquait de s’étioler précisément à cause de la confusion autour de la position américaine vis-à-vis de Bachar al-Assad.

Ce report annoncé si près de la date du départ est inhabituel, car M. Hagel a déjà effectué des déplacements en Asie alors que l’agenda politique était très chargé, notamment l’an dernier, quand Obama semblait prêt à lancer des frappes contre le régime syrien puis a finalement renoncé.

M. Kirby a précisé que cette décision ne remettait pas en question la stratégie des États-Unis en Asie de rééquilibrage vers la région Asie-Pacifique.

«M. Hagel a déjà effectué plus de six déplacements en Asie-Pacifique durant son mandat et reste très concentré sur les questions de sécurité qui affectent cette région», a ajouté M. Kirby.

Le voyage au Vietnam aurait été le premier de M. Hagel dans ce pays depuis sa prise de fonction en 2013, avec une signification particulière pour lui, car M. Hagel est un ancien combattant de la guerre du Vietnam, de laquelle il est revenu blessé.