Vol de matériel informatique sur un Mistral destiné à la Russie

1
70
Les Russes s'impatientent et attendent la livraison du premier bâtiment de projection de combat de classe Mistral construit pour eux par la France(EPA/Marcus Brandt)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le navire de guerre Vladivostok de type Mistral commandé par la Russie, sur le chantier naval STX dans l'ouest de la France le 5 mars 2014 (Archives/Frank Perry/AFP)
Le navire de guerre Vladivostok de type Mistral commandé par la Russie, sur le chantier naval STX dans l’ouest de la France le 5 mars 2014 (Archives/Frank Perry/AFP)

Le navire Mistral Sébastopol a été victime d’un vol de matériel informatique à son bord, a-t-on appris vendredi. Aucune information dite «sensible» n’aurait cependant été dérobée.

Le Sébastopol est l’un des deux navires commandés par la Russie à la France et dont la livraison est suspendue en raison de la crise en Ukraine.

C’est donc dans les chantiers de construction à Saint-Nazaire, dans l’ouest de la France, à bord de ce navire, qu’ont été dérobés deux disques durs, une carte mère ou une carte graphique, mais aussi un logiciel de gestion de communications entre différents serveurs mis au point par le groupe français d’électronique et de défense Thalès.

Le logiciel de Thalès, mis au point notamment dans le cadre du transfert de technologies à la Russie, ne peut toutefois fonctionner que sur le navire concerné… un vol inutile donc.

Les autorités concernées se sont apercues du vol le mardi 25 novembre, mais le délit a pu avoir lieu entre le 18 novembre et cette date, selon une source proche du dossier.

Le Sébastopol, jumeau du Vladivostok, navires militaires Mistral construits par la France pour Moscou, a été mis à flot à Saint-Nazaire il y a une semaine. Baptisé du nom du grand port de Crimée, annexé en mars par la Russie, le Sébastopol doit théoriquement être livré en octobre 2015.

La France avait reporté mardi « jusqu’à nouvel ordre », au vu de la dégradation du dossier ukrainien, la livraison du premier navire militaire Mistral commandé par Moscou. Le Vladivostok devait initialement être remis à Moscou mi-novembre, dans le cadre d’un contrat de 1,2 milliard d’euros (1,70 milliards $) signé en juin 2011 entre la Russie et le constructeur naval DCNS.

Les Mistral sont des navires polyvalents, pouvant transporter des hélicoptères et des chars, ou accueillir un état-major embarqué.

1 COMMENT

  1. Je trouve déplorable que le bpc mistral le Vladivostok soit immatriculer et de plus l’équipage russe reste en janvier pour repartir avec. C’est beau de vendre un navire a un pays qui ne respecte rien et se crois tout permis. Mais la France devrait mettre ses priorités sur d’autre activités économique que de vendre de l’armement a des terroristes comme Poutine.
    c’est immorale.

Comments are closed.