Internet rétabli en Corée du Nord après deux pannes générales en autant de jours

La cybersécurité, une préoccupation de plus en plus grande partout dans le monde
Temps de lecture estimé : 3 minutes
La Corée du Nord est de nouveau privé de connexion internet mardi, au lendemain d'une première coupure générale de réseau (Lionel Bonaventure/AFP)
La Corée du Nord est de nouveau privé de connexion internet mardi, au lendemain d’une première coupure générale de réseau (Lionel Bonaventure/AFP)

Les principaux sites Web de la Corée du Nord, notamment ceux de l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) et du Rodong Sinmun, l’organe officielle du parti unique nord-coréen, sont redevenus de nouveau accessibles ce mardi vers 11h après deux pannes générales en autant de jours, mais la Corée du Nord continue à ‘ramer’ pour maintenir les connexions.
—–
Mise à jour au 27/12/2014 à 12h18

Et on remet ça! La Corée du Nord a été victime d’un nouvel arrêt d’internet ce samedi peu après avoir qualifié le président américain de « singe » et menacé les Etats-Unis de « coups mortels » pour avoir encouragé la diffusion d’un film parodiant le leader nord-coréen.

La panne a duré cette fois 5 heures avant qu’Internet soit rétabli.

Et la Corée du Nord a accusé aujourd’hui les États-Unis de l’avoir privée de connexion internet en début de semaine, dénonçant des « méthodes de gangster ».

—–

La Corée du Nord avait été de nouveau privée de connexion internet ce 23 décembre mardi, au lendemain d’une première coupure générale de réseau qui pourrait avoir été orchestrée en représailles à l’attaque informatique contre Sony Pictures.

Plusieurs observateurs ont en effet soulevé l’hypothèse de représailles de la part de hackers civils ou du gouvernement américain, qui accuse la Corée du Nord d’être à l’origine de la récente cyberattaque contre Sony Pictures, la société de production du film «The Interview» contre laquelle Pyongyang avait proféré des menaces graves en cas de sortie dans les salles de cinéma.

Face à ces menaces, Sony Pictures avait cédé et décidé de stopper la diffusion programmée pour le jour de Noël du film parodique narrant une tentative d’assassinat du leader nord-coréen Kim Jong-Un,

Plusieurs, en Amérique, acceptaient mal qu’on puisse céder à ce genre de chantage, au premier rang de ceux-ci, le président américain lui-même qui regrettait la décision de Sony et avait promis que les menaces de Pyongyang ne resteraient pas sans réponses.

Barack Obama avait assuré dimanche que Washington répliquerait à Pyongyang face à ce hacking qui avait poussé Sony à annuler la sortie en salles de « L’interview qui tue! », un film parodique narrant une tentative d’assassinat du leader nord-coréen Kim Jong-Un.

Toujours est-il que les quatre réseaux de connexion nord-coréens, qui passent tous par le géant chinois des communications Unicom, ont été mis en hors service à 15h41 après avoir montré des signes de faiblesse, selon la société américaine Dyn Research.

Et la veille, lundi, la Corée du Nord avait déjà été coupée du réseau mondial pendant neuf heures après avoir été accusée par les Etats-Unis d’être derrière le vaste piratage de Sony Pictures.

La cause des coupures de réseau dans cette dictature communiste, où l’accès à internet est déjà restreint, ne sont pas connues en détail. Mais, selon les experts, elles serraient liées à des attaques informatiques par « déni de service »

Le gouvernement américain n’a pas de son côté commenter les problèmes de connexion internet en Corée du Nord.