L’Australie sous le choc d’une prise d’otages sous le signe d’un drapeau islamique noir (PHOTOS)

41
Des otages sont retenus dans un café de Sydney, la menace islamique noir est évoquée (Peter Parks/AFP)
Temps de lecture estimé : 5 minutes
Des otages sont retenus dans un café de Sydney, la menace islamique noir est évoquée (Peter Parks/AFP)
Des otages sont retenus dans un café de Sydney, la menace islamique noir est évoquée (Peter Parks/AFP)

Loup solitaire ou véritable attaque terroriste? Les Australiens sont sous le choc alors qu’une prise d’otages est en cours à Martin Place, dans un café du quartier des affaires de Sydney. Après plusieurs minutes, un drapeau islamique noir a été hissé à une fenêtre de ce café.

Mise à jour au 15 décembre à 12h41

La prise d’otages a pris fin dans la nuit de lundi à mardi, au terme de 16 heures, après un assaut des forces de l’ordre lors duquel deux personnes, dont le preneur d’otages, ont été tuées, et trois autres grièvement blessées.

«Le siège est terminé», a annoncé sur Twitter peu avant 3 h locales (11 h à Montréal) la police de la province de Nouvelle-Galles-du-Sud dont Sydney est la capitale».

Une série de lourdes détonations a retenti peu avant 2 h 30 (10 h 30, heure de Montréal) au moment où des commandos de la police entraient par une porte latérale donnant accès au café. Des otages sortaient en courant du bâtiment tandis que d’autres étaient emmenés sur des brancards.

La situation était très confuse après l’intervention de la police dans un déluge de feu dont l’origine était indéterminée. Des centaines de policiers lourdement armés avaient été mobilisés.

Un robot de déminage a pénétré dans le café, et des secouristes et policiers allaient et venaient à l’intérieur du bâtiment.

à 09h05:

Dans une série de vidéos diffusées sur les réseaux sociaux que nous ne diffuserons pas, et dans une mise en scène identique (l’otage se tenant devant un drapeau noir avec inscriptions arabes en blanc), l’homme armé se réclame de l’État islamique (EI).

Man Haron Monis.

La police a autorisé la diffusion du nom du suspect: Man Haron Monis. L’homme de 50 ans, est venu en premier à l’attention de la police quand il a écrit des lettres insultantes aux familles de soldats australiens morts.

Et plus récemment, il a été inculpé de plus de 50 allégations d’atteinte à la pudeur et d’agression sexuelle alors qu’il se présentait comme un «guérisseur spirituel» auto-proclamé qui s’occupait de magie noire dans des locaux de Sydney il y a plus d’une décennie.

Monis, qui utilise également les noms de Cheikh Haron et Mohammad Hassan Manteghi, et est né en Iran.

Six heures après le début de la prise d’otages, qui a commencé en milieu de matinée à Sydney, la télévision a montré trois personnes en train de sortir en courant du café Lindt pour aller chercher refuge derrière une équipe de policiers. Peu après, deux femmes en tablier, ce qui laisse penser qu’elles travaillent au café, sont également parvenues à s’enfuir.

Cela fait désormais 16 heures que la prise d’otages a commencé.

– – –

Le quartier abrite aussi le bureau de Mike Baird, premier ministre de l’État de Nouvelle-Galles du Sud, la banque centrale d’Australie et le siège des deux plus grandes banques du pays. Le parlement de l’État se trouve à quelques coins de rue de là.

Des milliers d’employés ont été renvoyés chez eux avec l’évacuation préventive de tous les bâtiments aux alentours.

Selon le commissaire de police de New South Wales «des centaines et des centaines de policiers sont impliqués», tandis qu’un homme armé a été confirmé par la police locale.

Les autorités sont restées extrêmement prudentes sur ce point, mais une image s’est imposée dès le début de la prise d’otage: un drapeau, partiellement visible sur les images disponibles, de couleur noire, portant une inscription en arabe. Il s’agirait de la shahada, ou profession de foi musulmane: «Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète».

Ces images ont immédiatement fait redouter une attaque terroriste perpétrée par des membres de l’État islamique (EI). Selon un spécialiste américain des questions liées au djihad, il ne s’agirait cependant pas du drapeau de l’EI, mais d’un autre drapeau islamique. Impossible donc de savoir si l’attaque a un quelconque lien avec l’organisation djihadiste.

Suivre en direct

Réactions du monde

Le Grand Mufti de l’Australie a émis une déclaration dans laquelle il condamne le siège de Martin Place. «Le Grand Mufti et le Conseil national des imams d’Australie condamnent cet acte criminel sans équivoque et réaffirment que ces actions sont dénoncés en partie et en totalité dans l’Islam.

Lors d’une déclaration à la presse, le premier ministre australien Tony Abbott a parlé «d’un incident profondément inquiétant», mais a demandé aux Australiens de vaquer à leurs occupations habituelles. «On ne connaît pas encore les motivations des auteurs [de la prise d’otages]. On ne sait pas si ces gestes sont motivés par des raisons politiques. Mais certaines indications nous laissent croire que c’est peut-être le cas», a ajouté le premier ministre.

Selon des médias, plus d’une vingtaine de personnes ont été prises en otages par au moins deux hommes armés, mais le directeur de l’entreprise Lindt en Australie a annoncé qu’une quarantaine de personnes, 30 clients et 10 employés, seraient à l’intérieur du café.

Sur Facebook, Lindt indique «remercier tout le monde pour leurs pensées et soutien à propos de la situation actuelle au Lindt Chocolate Café à Martin Place. Nous sommes profondément préoccupés par cet incident grave et nos pensées et nos prières sont avec le personnel et les clients concernés et tous leurs amis et familles».

En septembre, l’Australie, engagée aux côtés des Américains dans la lutte contre l’organisation État islamique (EI), avait relevé son niveau d’alerte face à la menace terroriste représentée par les combattants australiens djihadistes de retour d’Irak et de Syrie.