Mistral: «J’en ai marre de cette question», lance Lavrov en sommant Paris de livrer le navire

1
88
Les Russes s'impatientent et attendent la livraison du premier bâtiment de projection de combat de classe Mistral construit pour eux par la France(EPA/Marcus Brandt)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Les Russes s'impatientent et attendent  la livraison du premier bâtiment de projection de combat de classe Mistral construit pour eux par la France(EPA/Marcus Brandt)
Les Russes s’impatientent et attendent la livraison du premier bâtiment de projection de combat de classe Mistral construit pour eux par la France(EPA/Marcus Brandt)

Ça se gâte dans l’affaire du Mistral, le chef de la diplomatie russe haussant le ton et sommant Paris de respecter ses obligations pour la livraison du navire de guerre construit par la France pour les Russes, mais dont la livraison est suspendue à l’évolution de la crise ukrainienne, alors que le ministre français de la Défense déclare que Paris pourrait bien «ne jamais livrer» les navires.

«J’en ai marre de cette question. C’est un problème de réputation pour la France. Ils doivent remplir toutes leurs obligations selon le contrat», a déclaré Sergueï Lavrov, à propos de la décision française de conditionner la livraison de ce navire, très critiquée par les Etats-Unis, à des progrès vers une solution de la crise ukrainienne.

Le contrat de 1,2 milliard d’euros des Mistral a été signé en juin 2011 entre la Russie et le constructeur naval français DCNS, sous l’ancien président de droite Nicolas Sarkozy.

Les Mistral sont des navires polyvalents, pouvant transporter des troupes, des hélicoptères, des chars, des chalands de débarquement, pour des opérations de projection, ou accueillir un état-major embarqué ou un hôpital.

La Marine russe aurait dû recevoir le 14 novembre dernier le premier des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral, le Vladivostok.

Toutefois, la cérémonie de remise du navire n’a pas eu lieu et sa nouvelle date n’a pas été fixée. Quant au second navire, le Sébastopol, il doit être remis à la Russie en 2015.

Bien que la Russie a affirmé à de nombreuses reprises qu’elle ne soutient pas les rebelles et qu’elle ne participe pas aux combats en Ukraine, la France a conditionné la livraison du Mistral à l’évolution du conflit en Ukraine qui oppose le rebelles pro-russes de l’Est du pays au nouveau pouvoir pro-occidental à Kiev.

Considérant «que la situation actuelle dans l’est de l’Ukraine ne permet toujours pas» la livraison du premier navire, le président français François Hollande avait annoncé le 25 novembre le report «jusqu’à nouvel ordre» de la livraison du premier Mistral commandé par Moscou, accusé par les Occidentaux d’aider les rebelles armés prorusses qui tiennent une partie de l’est de l’Ukraine.

Cette décision avait été accueillie à Moscou par des menaces d’imposer une amende à la France, selon les termes du contrat.

Jeudi, Kiev et les rebelles pro-russes ont annoncé un nouveau cessez-le-feu devant entrer en vigueur le 9 décembre, nouvel espoir de mettre un terme à un conflit qui a fait environ 4.300 morts depuis plus de sept mois.

Le ministre russe des Affaires Sergueï Lavrov a indiqué à Bâle qu’il espère que ce nouveau cessez-le-feu tiendra. «C’est une situation très difficile mais j’espère que les différentes parties sont proches de conclure un accord final. Selon cet accord, les armements doivent être retirés à 15 kilomètres d’une ligne de démarcation », a-t-il précisé, rappelant les termes convenus par les négociateurs.

Selon l’ambassadeur russe en France Alexandre Orlov à la radio française Europe 1, qui s’exprimait à son tour ce vendredi 5 décembre à la radio française Europe 1, les Mistral ne sont pas une arme de guerre, «ce ne sont pas ces bateaux-là qui vont renverser le rapport des forces dans le monde».

«Si ces bateaux sont livrés, nous serons heureux. S’ils ne sont pas livrés, si on est remboursés, on sera heureux aussi. Dans tous les cas, cela nous arrange. Mais c’est la France qui doit maintenant prendre la décision», a indiqué l’ambassadeur Orlov, s’empressant toutefois d’ajouter «On ne renonce pas au Mistral. On l’a commandé, on l’a payé, on attend cette marchandise (…).

Les Américains pourraient compenser les pertes de la France

Outre un coût financier très élevé, l’annulation de la livraison des navires placerait la France dans la difficile position du partenaire qui n’honore pas ses contrats. «Paris se met dans l’impasse et porte préjudice à sa réputation en tant que partenaire fiable sur le marché moderne des armes», avait déclaré à ce propos le mois dernier le vice-président de la commission pour la défense à la Douma, Igor Barinov, cité par ITAR-TASS.

Par contre, la remise à la Russie du navire risquerait de placer la France en situation de porte-à-faux face à ses alliés et partenaires occidentaux, tout particulièrement les pays d’Europe de l’Est qui s’estiment en première ligne face à la Russie et redoutent de faire à leur tour les frais des ambitions de Moscou.

Mais les Américains pourraient offrir un prix de consolation à la France, ou plutôt un pris de «compensation»…

Les chantiers navals STX France de Saint-Nazaire viennent de signer une lettre d’intention de commande de 1,2 milliard d’euros pour deux navires destinés à la société américano-norvégienne Royal Caribbean Cruises Ltd, a annoncé ce vendredi le mewsmagazine Le Point.

En proposant un contrat pour deux navires de croisière, les Américains «compenseront» ainsi à la France les pertes subies en cas de rupture du contrat sur les deux Mistral commandés par la Russie, commente de son côté aujourd’hui l’agence officielle russe Ria Novosti.

Peut-être enhardi par cette bonne nouvelle, le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, a pour sa part été plus loin ce vendredi, haussant le ton à son tour et allant jusqu’à déclarer que Paris pourrait «ne jamais livrer» ces navires.

«Il faudrait que les Russes se rendent compte de cette situation», a même ajouté le ministre français.

Avec le chef de la diplomatie russe qui en a marre et le ministre français de la Défense qui annonce que la France ne livrera peut-être jamais les navires promis, si on ne craignait pas les mauvais jeux de mots, on résumerait en disant que cette histoire des Mistral, c’est bien mal barré.

1 COMMENT

  1. IL est évidant que de remettre ces navires a Poutine ne sert que de renforcir sont pouvoirs de dictateur et d’oppresseur il y a eu trop de victimes et de mort causé par Poutine et sous les ordres de Poutine. l’Ukraine et la destructions du vol de la Malaisie Airline. il veut le retour de la sois disant glorieuse guerre froide le jeu du chat et de la souris. Mais Poutine ne peut jouer franc il en n’est incapable ancien directeur du KGB il reste le petit bureaucrate qui pratique des méthodes qui na pas sa place en 2014 il va vers sa perte et le peuple russe je pense ne pourront pas lui pardonner les fautes qui accumule c’est dommage il a eu sa chance de prouver sa valeur mais trop imbécile et ignare il joue la vierge offenser et en victime aux lieu d’agir en homme
    responsable et de reconnaitre ses erreurs. Monsieur Hollande vous avez pas eu de repos depuis vos élections. et une partie des français ne reconnaisse malheureusement pas votre droiture
    et vos responsabilités surtout de réparer les erreurs de Sarkozi de conclure cette vente a Poutine Sarkozi a mis la France dans une situation que tous savait que cela jouerait contre les intérêts de la France et de ses alliés mais voila Sarkozi est un con qui allume des feux mais na pas les solutions pour les éteindre et la seule chose de bon et d’utile qu’il aurait du faire était de prendre sa retraite et de ne plus revenir dans la politique.

Comments are closed.