Pakistan: attaque des talibans contre une école, 130 morts, en majorité des enfants

Des soldats pakistanais près du site de l'attaque d'un commando taliban dans une école à Peshawar le 16 décembre 2014 (A Majeed/AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Des soldats pakistanais près du site de l'attaque d'un commando taliban dans une école à Peshawar le 16 décembre 2014 (A Majeed/AFP)
Des soldats pakistanais près du site de l’attaque d’un commando taliban dans une école à Peshawar le 16 décembre 2014 (A Majeed/AFP)

L’attaque par un commando taliban d’une école pour enfants de militaires pakistanais à Peshawar est terminée, et tous les assaillants sont morts, ont annoncé à deux responsables de la police locale, rapporte l’AFP.
—-
Mise à jour au 16/12/2014 à 14h47

Le bilan est maintenant 141 personnes tuées, dont une centaine d’élèves. les affrontements avec l’armée ont fait rage sept heures durant au sein même de l’établissement.

Plus précisément, selon les forces armées, 141 personnes, dont 132 enfants, ont été tuées. Le porte-parole de l’armée, Asim Bajwa, a aussi indiqué que 124 autres personnes, dont 121 enfants, ont été blessés.

—-

L’assaut, qui a duré près de sept heures, s’est soldé par la mort de 130 personnes, la plupart des écoliers âgés de 10 à 20 ans, selon le dernier bilan des autorités.

L’attentat a été revendiqué par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), habitué des attaques contre les écoles, qui a dit vouloir ainsi venger l’offensive militaire en cours contre lui dans la région.

Cette attaque est l’une des plus sanglantes perpétrées ces dix dernières années au Pakistan

En outre, le TTP, principal groupe rebelle islamiste du pays et proche d’Al-Qaïda, a ainsi visé les enfants des soldats qu’il combat. «Nous avons mené cette attaque après une enquête qui a indiqué que les enfants de plusieurs hauts responsables de l’armée étudient dans cette école», a indiqué Muhammad Khurasani, le porte-parole du TTP, cité par l’AFP, en revendiquant l’attaque.

L’attaque a débuté vers 00h30 (heure de Montréal) lorsque 5 ou 6 talibans déguisés en militaires ont pris d’assaut l’école, située dans les faubourgs de la ville et à la lisière des zones tribales.

Près de 500 élèves, la plupart âgés de 10 à 20 ans, étaient alors présents, dont on ne savait combien étaient toujours sur place en milieu d’après-midi, faisant craindre un bilan encore plus lourd.

Selon des témoins, les assaillants sont alors passés de classe en classe pour abattre les enfants, et au moins un a fait exploser la bombe qu’il portait sur lui.

«Tragédie nationale»

L’armée, très présente dans cette ville régulièrement visée par les rebelles, est rapidement intervenue, déclenchant des tirs qui se poursuivaient en milieu d’après-midi.

Six heures après le début de l’assaut, le bilan atteignait 130 morts, en grande majorité des enfants, ont déclaré deux ministres de la province de Khyber Pakhtunkhwa (KPK) dont Peshawar est la capitale.

L’armée affirmait de son côté progresser sur le terrain: peu après 6h (heure de Montréal), elle a annoncé que cinq des six assaillants avaient été tués et qu’elle était en train de «nettoyer» le bâtiment où se trouvait le dernier.

Dénonçant cette «tragédie nationale» provoquée par des «sauvages», le premier ministre Nawaz Sharif a décidé de se rendre sur place, une chose rare dans ce pays habitué aux attaques rebelles, pour «superviser (lui-même)cette opération».

«Ces enfants sont mes enfants, le pays est en deuil et je suis en deuil», a dit le premier ministre pakistanais.

Une attaque révoltante, dit le Canada

Au Canada, le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a condamné avec indignation l’attentat perpétré aujourd’hui par les Talibans au Pakistan

«Nous avons tous été révoltés d’apprendre que les Talibans avaient abattu aujourd’hui plus de 120 personnes, la plupart des enfants, à Peshawar. Le Canada condamne sans équivoque ce crime haineux», a dit le ministre, ajoutant qu’«Il n’y a aucun acte plus lâche que de s’en prendre à des enfants innocents et aucun acte plus terrible que de les abattre brutalement sur les bancs d’école».

«Le 9 octobre 2012, les Talibans ont tenté de réduire au silence une fille qui avait osé s’élever contre eux et tenté de compromettre son avenir. Ils ont toutefois échoué lamentablement», a rappelé John Baird.

«Dans la foulée de tragédies aussi pénibles, nous espérons que la détermination et la dignité des Pakistanais innocents amèneront d’autres enfants comme Malala Yousafzai à se manifester pour poursuivre le combat afin d’obtenir un meilleur accès à l’éducation et une société libre de toute forme de violence et d’intimidation. Le Canada sera à leurs côtés et les appuiera face à cette menace terroriste persistante.», a conclu le chef de la diplomatie canadienne.

*Avec AFP