Libéré volontairement en 2014 avec le rang de major, Dave Blackburn est actuel candidat conservateur dans la circonscription de Pontiac aux élections fédérales de 2019, docteur en sociologie de la santé et professeur régulier à l’Université du Québec en Outaouais (UQO) où le champ de la santé mentale et les Forces armées canadiennes figure dans ses domaines de recherche.

Discussion4 commentaires

  1. Salut Dave, t’u as bien raison, ceci n’est malheureusement, que la poite de l’iceberg, car tous les métiers ou presque ont ce « posting » dans leur carrière, bon, il y a aussi que les TS, ne sont pas supposer faire tout ce travail seul, il sont supposer le faire en équipe, avec les infirmières, médecins, etc. Par contre ce n’est ce qui arrive, je sais. Ils sont promu trop vite dans des positions administration, ( lus dans un de tes précédent courriel) avec raison. Donc les TS, sont laisser à eux même, mais tu sais, tu as vécus cela, je pense, aller à plus. Passe de belle fêtes cher ami.

  2. Je trouve désolant de voir cet hécatombe de personnel qualifié qui quittent les Forces Canadiennes. Les travailleurs sociaux au sein des Forces Canadiennes, ne se sentent pas appréciés à leur juste valeur par les autorités militaires et les « Opérateurs » qui sont pourtant leurs principaux clients…
    Témoin de ce commentaire, j’ai demandé à l’un deux ce qu’il voulait dire, il m’a expliqué que lorsque les TS des Forces canadiennes sont déployés dans les Lieux Tiers de décompression pour encadrer le retour de nos troupes au pays, leur déploiement qui peut se situer de 1 à 4 mois, n’est pas considéré comme une opération « Officielle » qui les mèneraient à l’obtention d’une médaille. Même au plus fort de nos opérations en Afghanistan, alors qu’environ 10 à 12 TS étaient déployés à la fois, à Chypre pour supporter le retour de nos troupes, ils n’étaient même pas considéré pour recevoir la médaille du soutien de l’Asie du sud-ouest. Ces déploiements de travailleurs sociaux, les plus grands déploiements de TS en support à nos troupes, ne se classaient pas pour recevoir cette médaille qui a pourtant été présentés à des troupes de support, en Turquie, Allemagne ou même, à des troupes déployés au QG de l’opération, à Orlando, Floride… Certains TS des Forces canadiennes, on cumulés de 6 à 10 déploiements dans les centres de décompressions hors du pays, loin de leur famille. parents et amis pour plusieurs mois, sans même avoir obtenu une reconnaissance officielle de tous ces déploiement outremer. Il est grand temps qu’on reconnaisse leur travail impressionnant accompli par ces spécialistes auprès d’une clientèle qui n’est certes pas de tout repos, tout le temps…

  3. Bien dit Dan Stocker ! Je connais un officier en travail social retraité et dans son message de retraite ce n’était même pas spécifié qu’il avait obtenu la Médaille de campagne général pour son séjour en Afghanistan. Lorsqu’il a demandé le pourquoi que cette information ne figurait pas à son message, on lui a répondu qu’il n’était pas allé assez longtemps. Le pire, c’est le lieutenant-colonel des officiers en travail social qui lui a répondu ça ! Aucune reconnaissance ! Chypres, c’est exactement la même chose ! Il y a un officier en travail social de Valcartier qui est allé 6-7 fois à Chypres, elle a eu une lettre d’appréciation ! BS !

  4. Felicitations pour nous faire connaitre les problemes et besoins du travail social dans les forces armees canadiennes en esperant que le quartier general des forces saura prendre les bonnes decisions afin de rendre plus attrayant et surtout aider les personnes concernees.