Le TPIY confirme la perpétuité contre deux figures clés du massacre de Srebrenica

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (Wikipédia)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (Wikipédia)
Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (Wikipédia)

Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie a confirmé vendredi en appel les condamnations à perpétuité de deux anciens responsables militaires serbes de Bosnie, reconnus coupables de génocide pour leur rôle dans le massacre de Srebrenica en 1995.

La chambre d’appel confirme la peine de prison à perpétuité contre l’ancien lieutenant-colonel Vujadin Popovic, 57 ans, et l’ancien colonel Ljubisa Beara, 75 ans, a déclaré le juge Patrick Robinson lors d’une audience publique à La Haye.

Les deux hommes occupaient des postes clés au sein de l’armée des Serbes de Bosnie dirigée par le général Ratko Mladic, dont le procès en première instance est en cours devant le TPIY.

Près de 8.000 hommes et garçons musulmans avaient été tués dans l’enclave de Srebrenica (est de la Bosnie) en juillet 1995 par les troupes bosno-serbes à quelques mois de la fin de la guerre de Bosnie (1992-1995).

MM. Popovic et Beara ont été reconnus coupables de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Ils font partie des rares personnes à avoir été condamnées par le TPIY pour génocide, le crime le plus grave en droit pénal international.

L’ancien lieutenant Drago Nikolic, 57 ans, co-accusé dans cette affaire, a vu sa peine de 35 ans de prison confirmée elle aussi. Il a été reconnu coupable d’avoir aidé et encouragé le crime de génocide, sans pour autant en avoir été un des instigateurs.

La peine d’un autre co-accusé a été abaissée de 19 à 18 ans de prison tandis que celle d’un dernier co-accusé à 13 ans de prison a été confirmée.

Le procès en première instance avait été un des plus vastes jamais organisés par le TPIY en raison du nombre important d’accusés. Lors de ce procès débuté en juillet 2006, 315 personnes étaient venues témoigner.