Nigéria, une fillette d’une dizaine d’années se fait exploser dans un marché bondé

Des petits vendeurs de rue de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le 24 mai 2014 (Aminu Abubakar/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des petits vendeurs de rue de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le 24 mai 2014 (Aminu Abubakar/AFP)
Des petits vendeurs de rue de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, le 24 mai 2014 (Aminu Abubakar/AFP)

Au moins 20 personnes ont péri ce samedi 10 janvier lorsqu’une fillette d’une dizaine d’années s’est faite exploser dans un marché bondé de Maiduguri, la capitale et principale ville de l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, région en proie aux attaques répétées du groupe extrémiste Boko Haram.

Un périmètre de sécurité a été mis en place autour du marché alors que des personnels de santé examinaient les décombres et récupéraient les restes humains.

Au moins 20 personnes sont mortes, y compris la fillette qui portait la bombe artisanale, et 18 ont été blessés dans l,explosion qui s,est produite vers 12h49 (heure locale) a déclaré Gideon Jubrin, le porte-parole de la police de l’État de Borno, cité par l’Agence France-Presse..

La puissante explosion a secoué le « Monday market » à l’heure où il était bondé de vendeurs et de clients.

En novembre 2014, des dizaines de personnes avaient été tuées dans un double attentat contre ce même marché par deux femmes kamikazes, dont l’une dissimulait une bombe sous son hijab, au milieu, là encore, du marché bondé.

L’attentat n’a pour l,instant pas encore été revendiqué, mais depuis six ans et le début de son combat pour imposer la loi islamique au Nigeria, le groupe rebelle Boko Haram a multiplié le recours à des femmes et des fillettes pour lancer des attentats.

Boko Haram a perpétré sa première « attaque suicide » menée par une femme en juin 2014 dans l’État de Gombe (nord).

En juillet, une fillette de 10 ans avait été découverte dans l’État de Katsina portant un gilet bourré d’explosifs, ce qui donne à penser que le groupe extrémiste force les enfants à se faire exploser.

*Avec AFP