Nord du Mali: situation précaire, encore une autre attaque visant les Casques Bleus

Un Casque bleu en patrouille à Kidal, le 27 juillet 2013 (Archives/Kenzo Tribouillard/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un Casque bleu en patrouille à Kidal, le 27 juillet 2013 (Archives/Kenzo Tribouillard/AFP)
Un Casque bleu en patrouille à Kidal, le 27 juillet 2013 (Archives/Kenzo Tribouillard/AFP)

Sept Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ont été blessés lors d’une attaque à l’explosif près de l’aéroport de Kidal, confirmant la précarité de la situation dans le nord du pays.

L’engin explosif a explosé il y a deux jours lors du passage d’un véhicule transportant des troupes du contingent sénégalais de la MINUSMA. Quatre Casques bleus ont des blessures légères et trois souffrent de fractures et ont été transportés à l’hôpital de la MINUSMA à Gao, a précisé la MINUSMA dans un communiqué de presse.

La zone où l’explosion a eu lieu a été immédiatement sécurisée et une enquête par des experts de la Mission sur la nature de l’explosif utilisé est en cours.

La MINUSMA a condamné avec vigueur « cette ignoble attaque terroriste contre les Casques bleus, qui sont venus au Mali dans le seul but d’apporter assistance aux autorités et au peuple maliens ».

Elle a réitéré son appel aux acteurs présents sur le terrain impliqués dans le processus de paix en cours de se conformer à l’engagement qu’ils ont pris en septembre 2014 à Alger de prévenir les attaques contre les Casques bleus.

La Mission a lancé encore une fois un appel pour que les responsables de ces crimes soient identifiés et répondent de leurs actes devant la justice.

Deux ans après l’intervention française qui avait chassé les djihadistes du nord du pays, le Mali n’est pas au bout de ses peines et la situation reste volatile et la sécurité précaire.

La présence de l’armée malienne, appuyée par les Casques bleus de la MINUSMA et les Français de l’opération BARKHANE, ne semble pas pouvoir venir à bout de la détermination des différents groupes djihadistes opérant au Mali et les attaques se multiplient.

La récente attaque intervient quelques jours à peine après que huit Casques bleus de la MINUSMA ont été blessés dans une attaque également menée à l’engin explosif le 5 janvier dernier, dans cette même région de Gao.

Les soldats sénégalais de la mission de l’ONU au Mali (Minusma) avaient alors été blessés lorsque leur véhicule a sauté sur un engin explosif à Kidal, dans l’extrême nord-est du pays, dans une attaque terroriste contre ses forces.