Obama ne sera pas à Paris pour la « marche républicaine »

Le Président français François Hollande et le Président américain Barack Obama, côte à côte dans les jardons de la maison-Blanche, écoutent les hymnes nationaux (Présidence de la république)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le Président français François Hollande et le Président américain Barack Obama, côte à côte dans les jardons de la maison-Blanche, écoutent les hymnes nationaux (Présidence de la république)
Le Président français François Hollande et le Président américain Barack Obama, côte à côte dans les jardons de la maison-Blanche, écoutent les hymnes nationaux lors de la visite du président français à Washington en février 2014 (Archives/Présidence de la république)

Le président des États-Unis Barack Obama ne participera pas à la « marche républicaine » organisée dimanche à Paris après les attentats contre Charlie Hebdo et un magasin casher, a indiqué à l’AFP un responsable américain.

M. Obama n’ira pas à Paris, a indiqué cette source, démentant une rumeur circulant sur les réseaux sociaux.

Depuis le massacre commis mercredi dans les locaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, le président américain a multiplié les signaux de solidarité envers la France, « plus vieil allié des Etats-Unis ».

« Je veux que les Français le sachent: les Etats-Unis sont à vos côtés aujourd’hui et seront à vos côtés demain », a-t-il déclaré vendredi à l’issue de trois jours de terreur et d’attaques qui ont fait 17 morts.

« Vive la France! », avait-il écrit la veille, lors d’une visite à l’ambassade de France à Washington, dans le livre de condoléances ouvert après le drame.

Les Etats-Unis doivent être représentés lors du rassemblement de Paris par leur ministre de la Justice Eric Holder.

Les dirigeants d’une cinquantaine de pays, de l’Allemande Angela Merkel au Britannique David Cameron en passant par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président palestinien Mahmoud Abbas ou le roi de Jordanie, participeront à cette marche qui réunira également la quasi-totalité des responsables politiques français.