Un groupe en Syrie projette des attentats de grande ampleur en Occident, selon le chef du MI5

31
Des militants du groupe djihadiste Al-Nusra dans le village d'Aziza en Syrie, le 4 avril 2013 (Archives/Guillaume/AFP(Briquet
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un djihadiste affilié à Al-Qaeda (Archives/AFP)
Un djihadiste affilié à Al-Qaeda (Archives/AFP)

Le directeur général du MI5, le service de renseignement intérieur britannique, a déclaré jeudi qu’un groupe islamiste extrémiste se trouvant en Syrie projetait «des attentats de grande ampleur» en Occident.

S’exprimant depuis Londres au lendemain de l’attentat meurtrier commis à Paris contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo, qui a fait douze morts, Andrew Parker, a évoqué le risque d’attaques qui pourraient être commises par des combattants appartenant à divers groupes et revenant de Syrie.

Bien que la menace la plus évidente soit celle du groupe armé État islamique (EI), des extrémistes appartenant à des groupes liés à Al-Qaïda constituent également un danger, a déclaré M. Parker.

«Nous sommes toujours confrontés à des complots plus complexes et ambitieux qui suivent l’approche, malheureusement bien établie de nos jours, d’Al-Qaïda et ses imitateurs: des tentatives de provoquer des pertes considérables de vie humaine, souvent en attaquant des moyens de transport ou des cibles symboliques. Nous savons, par exemple, qu’un groupe de terroristes d’Al-Qaïda en Syrie prévoit des attaques de grandes ampleurs contre l’Occident», a déclaré le chef du MI5.

Andrew Parker estime également être confronté à un «niveau très grave de menace qui est complexe à combattre et peu susceptible de disparaître pour le moment».

«Tout d’abord, le nombre de complots peu sophistiqués, mais potentiellement mortels a augmenté, évalue le directeur du MI5. Les attaques de l’an dernier au Canada et en Australie en sont des exemples. De telles attaques sont intrinsèquement plus difficile à détecter pour les agences de renseignement. Ils sont souvent le fait d’individus dangereux, motivés par la propagande terroriste plutôt qu’à travailler dans le cadre de réseaux sophistiqués. Ils agissent souvent spontanément ou après de très courtes périodes de planification préalable».

Dans ce contexte, M. Parker a souhaité que les services antiterroristes disposent de pouvoirs renforcés pour l’identification et la surveillance des suspects.