Égypte: Al-Azhar appelle à « tuer et crucifier les terroristes de l’EI »

Le grand Imam d'Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, le 9 mars 2014 à Abou Dhabi (Karim Sahib/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le grand Imam d'Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, le 9 mars 2014 à Abou Dhabi (Karim Sahib/AFP)
Le grand Imam d’Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, le 9 mars 2014 à Abou Dhabi (Karim Sahib/AFP)

Al-Azhar, l’une des plus prestigieuses institutions de l’islam sunnite basée en Egypte, a appelé à « tuer et crucifier » les « terroristes » du groupe Etat islamique (EI), après l’exécution mardi d’un pilote jordanien brûlé vif par cette organisation djihadiste.

L’EI, qui sévit en Irak et en Syrie, a diffusé mardi une vidéo présentée comme l’exécution du pilote de guerre jordanien, capturé en décembre et brûlé vif dans une cage, un acte qui a provoqué l’indignation de la communauté internationale.

Le grand Imam d’Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, a « vivement condamné (…) cet acte terroriste lâche, qui nécessite la punition prévue dans le Coran pour ces agresseurs corrompus qui combattent Dieu et son prophète: la mort, la crucifixion ou l’amputation de leurs mains et de leurs pieds » d’après un communiqué d’Al-Azhar rendu public dans la nuit de mardi à mercredi.

La Jordanie a pendu mercredi deux jihadistes irakiens dont une femme condamnés à mort depuis des années après avoir promis de venger l’exécution de son pilote.

L’exécution du pilote jordanien est inhumaine et contraire à l’islam

L’exécution par le groupe État islamique (EI) du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh, brûlé vif dans une cage, est contraire à l’islam et à toutes les valeurs de l’humanité, a estimé pour sa part mercredi le nouveau roi d’Arabie, Salmane ben Abdel Aziz.

« Nous avons appris avec une profonde tristesse le martyr du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh », a écrit Salmane au roi Abdallah II de Jordanie dans un télégramme de condoléances.

Après avoir condamné avec force ce crime odieux, le roi d’Arabie a estimé qu’il s’agissait d’un acte contraire à l’islam et à toutes les valeurs de l’humanité.

L’Arabie saoudite, alliée de Washington et puissance régionale qui abrite les premiers lieux saints de l’islam (La Mecque et Médine), participe depuis septembre aux frappes aériennes de la coalition internationale contre l’EI en Syrie.

Salmane, qui a repris le titre de serviteur des deux saintes mosquées en succédant le 23 janvier à son demi-frère, le défunt roi Abdallah, a exprimé, dans son télégramme publié par l’agence officielle Spa, la solidarité de l’Arabie saoudite avec la Jordanie.

Les images insoutenables de la vidéo montrant l’exécution du pilote jordanien ont suscité l’indignation de la communauté internationale et de vives condamnations de religieux et d’institutions religieuses musulmanes.