John Baird à la réunion trilatérale Canada-États-Unis-Mexique à Boston

Le Secrétaire d'État américain John Kerry avec le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird, à gauche, et le ministre mexicain des Affaires étrangères José Antonio Meade devant son domicile à Boston, Massachusetts, le 30 janvier, 2015, avant de les accueillir à l'intérieur pour un dîner de travail informel sur les questions trilatérales (U.S. Department of State)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le Secrétaire d'État américain John Kerry avec le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird, à gauche, et le ministre mexicain des Affaires étrangères José Antonio Meade devant son domicile à Boston, Massachusetts, le 30 janvier, 2015, avant de les accueillir à l'intérieur pour un dîner de travail informel sur les questions trilatérales (U.S. Department of State)
Le Secrétaire d’État américain John Kerry avec le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird, à gauche, et le ministre mexicain des Affaires étrangères José Antonio Meade devant son domicile à Boston, Massachusetts, le 30 janvier, 2015, avant de les accueillir à l’intérieur pour un dîner de travail informel sur les questions trilatérales (U.S. Department of State)

Les chefs de la diplomatie nord-américaine, Le Secrétaire d’État américain John Kerry, le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird et le ministre mexicain des Affaires étrangères José Antonio Meade se sont réunis ce week-end à Boston pour discuter de plusieurs questions trilatérales.

Le rapprochement entre les États-Unis et Cuba, le commerce et la compétitivité, ainsi que l’énergie propre ont été au centre des discussions.

La réunion des trois responsables nord-américains des affaires étrangères a également servi à préparer le prochain Sommet des Amériques qui se tiendra en avril au Panama, et où, pour la première fois, Cuba sera présent.

Lors d’une conférence de presse avec ses homologues, John Baird a applaudi l’initiative prise par les États-Unis de rétablir les relations avec Cuba et qualifié cette mesure initiée par le président américain Barack Obama de développement historique, ajoutant Canada appuyait fermement la nouvelle politique à cet égard.

Le gouvernement canadien a d’ailleurs joué un rôle dans les discussions qui ont conduit au rétablissement des relations américano-cubaines en organisant une série de séances de négociation entre l’administration Obama et le gouvernement de Raul Castro.

Ce processus a été un secret si bien gardé à Ottawa que l’annonce du rétablissement des relations diplomatiques entre Washington et La Havane en décembre a même surpris des fonctionnaires fédéraux canadiens de haut rang.

Par ailleurs, sur le dossier de l’oléoduc Keystone XL, John Kerry a déclaré samedi que plusieurs départements fédéraux américains avaient jusqu’à lundi pour produire leurs réflexions sur la question. Après en avoir pris connaissance, le Secrétaire d’État américain devra faire une recommandation à Barack Obama qui décidera en définitive s’il autorise ou non à l’oléoduc de traverser la frontière canado-américaine en Alberta.

«Le président prendra une décision à un moment donné», a ajouté John Kerry, sans préciser de date.