Les ombudsmans de la Défense et des vétérans devant un comité parlementaire pour parler embauche des vétérans

0
51
Les ombudsmans des vétérans, Guy Parent et de la Défense nationale, Gary Walbourne, discutent après leur passage devant le comité sénatorial des vétérans, le 18 février 2015. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les ombudsmans de la Défense nationale et des vétérans se sont retrouvés mercredi 18 devant le comité sénatorial des anciens combattants pour discuter du projet de loi C-27 sur l’embauche des vétérans dans la fonction publique fédérale.

Rappelant son soutien au projet de loi, Gary Walbourne, l’ombudsman de la Défense nationale, a cependant nuancé puisque tel que le projet de loi C-27 est rédigé, «Anciens Combattants Canada aura le pouvoir de déterminer si la libération médicale d’un militaire est due à son service dans les Forces armées canadiennes. Cette détermination décidera qui est sur la liste de priorité et du type de priorité qu’il sera donné. En tant qu’ombudsman pour les Forces armées canadiennes et du ministère de la Défense nationale […] je manquerai à mon devoir de médiateur si je ne mentionnais pas devant vous que la crainte que j’ai que la création d’un nouveau processus visant à déterminer si une maladie ou une blessure est liée au service introduise une autre couche de bureaucratie».

«Selon moi, les Forces armées canadiennes sont le plus à même de déterminer si une libération médicale est liée ou non au service militaire.»

Même son de cloche du côté de l’ombudsman des vétérans, Guy Parent. Répondant à une question du sénateur Joseph Day, M. Parent a timidement répondu : «En ce moment, nous faisons un examen de transition en collaboration avec l’ombudsman de la Défense nationale, comme Gary l’a mentionné. Les résultats préliminaires de notre examen particulier indiquent qu’il serait probablement bénéfique pour le MDN d’être celui qui prend cette décision».

M. Parent se demande également si le programme sera transparent pour le vétéran et si toute la documentation lui sera divulguée.

C’est le 4 mars 2014, que le Parlement a soumis le projet de loi C-27 – Loi modifiant la Loi sur l’emploi dans la fonction publique (LEFP). L’un des objectifs de ce projet de loi est de donner un statut prioritaire aux membres des Forces armées canadiennes malades ou blessés ainsi qu’aux vétérans quand ils postulent pour un emploi dans la fonction publique.

D’après les sénateurs, ce sont un millier de membres des Forces armées canadiennes qui sont libérés chaque année pour des raisons médicales et selon Michael West, directeur général, Délégation et responsabilisation de la Commission de la fonction publique du Canada, environ 10% d’entre eux ont appliqué dans la fonction publique, en 2013-2014, en faisant valoir leur priorité.

Le projet de loi est dans la dernière ligne droite et devrait être prochainement définitivement adoptée si le Sénat ne fait aucune modification.