L’ex lieutenant-colonel Debbie Miller dépouillée de l’Ordre du mérite

0
221
«Avis est par les présentes donné que la nomination du lieutenant-colonel Deborah Miller, C.D., à l’Ordre du mérite militaire a été révoquée par ordonnance du gouverneur général le 22 décembre 2014», est-il ainsi écrit dans la Gazette du Canada.
Temps de lecture estimé : 2 minutes
«Avis est par les présentes donné que la nomination du lieutenant-colonel Deborah Miller, C.D., à l’Ordre du mérite militaire a été révoquée par ordonnance du gouverneur général le 22 décembre 2014», est-il ainsi écrit dans la Gazette du Canada.
«Avis est par les présentes donné que la nomination du lieutenant-colonel Deborah Miller, C.D., à l’Ordre du mérite militaire a été révoquée par ordonnance du gouverneur général le 22 décembre 2014», est-il ainsi écrit dans la Gazette du Canada.

L’officier s’est vu retirer une décoration importante après avoir plaidé coupable l’automne dernier d’avoir porté des médailles qu’elles n’avaient pas gagnées sur son uniforme.

«Avis est par les présentes donné que la nomination du lieutenant-colonel Deborah Miller, C.D., à l’Ordre du mérite militaire a été révoquée par ordonnance du gouverneur général le 22 décembre 2014», est-il ainsi écrit dans la Gazette du Canada du 7 février 2015.

C’est donc juste avant Noël, que le Gouverneur général a révoqué la nomination à l’Ordre du mérite de la lieutenant-colonel. Elle avait été nommée Officier de l’Ordre le 2 octobre 2007. L’adhésion dans l’Ordre du mérite militaire, reconnaît «un service exceptionnel» d’un militaire, qui a fait preuve d’un «dévouement et d’une assiduité bien au-delà de ce que le devoir lui commandait».

Debbie Miller, 57 ans, a été condamné à un blâme et une amende de 5.000 $ à la suite d’une cour martiale en octobre dernier.

Elle a plaidé coupable à trois chefs d’accusation de conduite préjudiciable au bon ordre et la discipline pour avoir porté des médailles et insignes militaires sur son uniforme, qu’elle n’était pas autorisée à porter.

Si certaines de ces médailles lui avaient été effectivement attribuées, la lieutenant-colonel n’avait pas pour autant l’autorisation de les porter au Canada, car n’ayant jamais reçu la permission des autorités canadiennes.

Auparavant à l’Académie canadienne de la Défense, Debbie Miller a toutefois pris sa retraite des Forces armées canadiennes il y a tout juste un mois.