Niger: le président Issoufou appelle son peuple à la mobilisation générale contre Boko Haram

0
101
Des soldats tchadiens en faction le 21 janvier 2015 près de leurs automitrailleuses à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun, en vue de combattre le groupe islamique Boko Haram (Ali Kaya/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le président nigérien Mahamadou Issoufou, le 8 mai 2013 à Berlin (Photo: Archives/John Macdougall/AFP)
Le président nigérien Mahamadou Issoufou, le 8 mai 2013 à Berlin (Archives/John Macdougall/AFP)

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a appelé mercredi son peuple à la « mobilisation générale » contre les islamistes armés nigérians de Boko Haram, qui ont attaqué à plusieurs reprises le sud-est du Niger depuis cinq jours.

« L’histoire ne retiendra pas que notre pays a commis la lâcheté de s’agenouiller devant un ennemi qui veut couvrir notre pays de ténèbres », a affirmé M. Issoufou depuis Bilma (nord), dans un discours diffusé par la radio nationale.

« Le peuple doit soutenir les forces de défense et de sécurité notamment par le renseignement », a poursuivi le chef de l’Etat, deux jours après un vote à l’unanimité par le Parlement nigérien de l’envoi de troupes au Nigeria pour lutter contre Boko Haram.

Mahamadou Issoufou a demandé aux jeunes, « notamment de la région de Diffa », de « ne pas tomber dans le piège de la propagande » de Boko Haram, « de ne pas céder à sa sirène ».

« Boko Haram n’a pas d’avenir », a-t-il affirmé, appelant les jeunes « qui se sont déjà engagés dans cette entreprise sans lendemain » à « se ressaisir » et à « changer de camp », et « rebrousser chemin pendant qu’il est encore temps » car « Boko Haram sera vaincu ».

La région de Diffa, dans le sud-est nigérien frontalier avec le Nigeria, a subi plusieurs attaques depuis vendredi. Sa capitale Diffa, qui se savait sous la menace de Boko Haram, a connu cinq attaques en autant de jours. Les islamistes tiennent le nord-est du Nigeria voisin.

Mercredi, un nouvel attentat suicide a été déjoué à Diffa, la kamikaze ayant été repérée par des militaires qui l’ont abattue, a-t-on appris de source officielle. Le gouvernement nigérien avait proclamé mardi soir l’état d’urgence dans la région de Diffa, une mesure permettant aux forces de sécurité de procéder à des perquisitions de jour comme de nuit.

D’après les experts, Boko Haram dispose de « cellules dormantes » au Niger pour perpétrer des attaques. Lundi, l’Assemblée nationale du Niger avait voté l’envoi de troupes pour combattre les islamistes. Quelque 750 soldats seront envoyés au Nigeria, selon un député.