Signature de l’entente établissant le Conseil franco‑canadien de coopération en matière de défense

0
162
Le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, et son homologue français, Jean‑Yves Le Drian, signent le 4 féfrier 2015 l'entente technique établissant le Conseil franco‑canadien de coopération en matière de défense (FAC)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le ministre canadien de la Défense, Rob Nicholson, et le Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Défense français, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, rendent hommage le 4 février 2015 aux victimes de Charlie Hebdo  (ministère français de la Défense)
Le ministre canadien de la Défense, Rob Nicholson, et le Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Défense français, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, rendent hommage le 4 février 2015 aux victimes de Charlie Hebdo (ministère français de la Défense)

La France et le Canada renforcent leur coopération en matière de défense et aujourd’hui à Paris, le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, et son homologue français, Jean‑Yves Le Drian, signeront une entente technique établissant le Conseil franco‑canadien de coopération en matière de défense garantissant « ainsi la continuité de l’étroite coopération entre les deux pays dans un monde où la situation sur le plan de sécurité évolue constamment ».

« Le Canada et la France coopèrent depuis longtemps dans le domaine de la défense. Je suis honoré d’être ici aujourd’hui pour signer cette entente avec mon homologue français. Nos deux pays ont pu récemment constater à quel point des menaces à la sécurité peuvent toucher le monde entier. En plus de renforcer le dialogue entre nos deux pays sur les grandes questions de défense, cette entente technique cimentera notre coopération en matière de défense et de sécurité sur plusieurs fronts. », a déclaré le ministre Nicholson.

L’entente technique visant à établir un conseil franco-canadien de coopération en matière de défense renforcera, dit la Défense canadienne, le dialogue entre les deux pays sur les grandes questions de défense « en plus de cimenter leur coopération en matière de sécurité et de défense » en s’attaquant à différentes questions prioritaires dont :

  •  l’entretien des relations de longue date essentielles à la sécurité des deux pays et à la continuité de leur engagement envers l’OTAN;
  •  l’intensification du dialogue sur les questions stratégiques et opérationnelles entre tous les services armés, ce qui comprend la revitalisation du Comité coopératif militaire franco‑canadien;
  • la poursuite de la coopération en matière de développement des capacités afin d’augmenter l’interopérabilité nécessaire à la conduite des opérations multinationales et, dans la mesure du possible, des opérations interarmées;
  •  l’établissement de liens concrets et durables en ce qui concerne le soutien opérationnel mutuel;
  •  perfectionner le matériel de défense et renforcer les liens dans le domaine de la recherche et du développement afin de profiter d’une coopération dans les sphères gouvernementale, industrielle et universitaire.

Cette entente, explique le communiqué,  permettra plus particulièrement d’établir une structure flexible pour un dialogue stratégique entre le le ministère de la Défense canadien et les Forces armées canadiennes, d’une part, et le ministère français de la Défense, d’autre part,  sur les questions relatives aux politiques, au domaine militaire, au matériel de défense à la recherche et au développement.

Cette entente technique permet la mise en œuvre du dialogue stratégique cadrant dans le Programme de coopération renforcée Canada-France annoncé par le premier ministre Harper et le président français Hollande en novembre 2014, indique Ottawa.

De plus, un protocole d’entente (PE) entre les Forces armées françaises et canadiennes qui facilitera un échange réciproque d’officiers militaires supérieurs au Collège des Forces canadiennes à Toronto et l’École française de guerre et le Centre des hautes études militaires à Paris a été signé.

Hommage aux victimes de Charlie Hebdo

Alors qu’il était à Paris,  le ministre Nicholson a aussi rendu un dernier hommage aux victimes des attaques terroristes devant la rédaction de Charlie Hebdo, accompagné de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire.

« Au nom du gouvernement du Canada, j’offre à nouveau mes plus sincères condoléances au peuple de France qui a été la cible le mois dernier d’attaques terroristes abjectes qui ont coûté la vie à 17 personnes innocentes », a déclaré le ministre. « Le Canada reste loyal envers la France, qui est l’un de ses plus vieux et plus importants alliés. Nous demeurerons solidaires et refuserons de nous laisser intimidés par ces gens qui menacent nos valeurs communes de liberté d’expression, de paix et de démocratie ».

« J’ai été choqué et attristé par ces attaques lâches, et je consacre mes pensées et mes prières aux victimes, aux familles et à tout le peuple français en ces moments difficiles », a dit Rob Nicholson.

«Aujourd’hui, lorsque j’ai visité les lieux où se sont produits les attaques afin de rendre un dernier hommage aux victimes, cela m’a encore fait réaliser qu’aucun pays n’est à l’abri d’attaques djihadistes comme celles dont nous avons été témoins ici, au Canada et ailleurs dans le monde », a-t-il aussi souligné, réaffirmant la détermination des Forces armées canadiennes « à poursuivre leur mission visant à protéger les idéaux de la liberté et de la démocratie, ainsi qu’à continuer avec vous et nos autres alliés la lutte contre le terrorisme. »

En outre, triste coïncidence, la veille de la visite du ministre Nicholson, trois militaires français ont aussi été agressés par un homme armé d’un couteau, et deux d’entre eux blessés à Nice (sud-est), devant un centre communautaire juif sous protection depuis les attentats de Paris.

Et ici, au Canada, était démantelé, la veille aussi, une cellule terroriste à Ottawa qui envoyait des aspirants-djihadistes combattre en Irak et en Syrie aux côté des forces du groupe de l’État islamique.

La capitale française était la première étape de la tournée européenne du ministre Nicholson qui le ménera à Bruxelles et à Munich pour réaffirmer l’engagement du Canada en matière de défense avec ses alliés et ses partenaires alors que le groupe l’État islamique, qui a brûlé vif le pilote jordanien de la coalition capturé en décembre alors qu’il effectuait des frappes sur des positions djihadistes, pousse toujours plus loin l’horreur.

Le 5 février, le ministre canadien participera à une réunion des ministres de la Défense de l’OTAN qui aura lieu au siège de l’OTAN à Bruxelles, en Belgique.

Et du 6 au 8 février, le ministre Nicholson se joindra à 400 responsables de l’élaboration des politiques et décideurs à la Conférence sur la sécurité de Munich.