Ukraine: la Russie, préoccupée, accuse Kiev et l’Occident de déformer les accords de paix

La milice République populaire autoproclamée de Donetsk observera-feu à partir de minuit le 15 Février, a déclaré samedi 14 février le président de la république autoproclamée Alexander Zakharchenko (Valery Sharifullin/TASS)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La milice République populaire autoproclamée de Donetsk observera-feu à partir de minuit le 15 Février, a déclaré samedi 14  février le président de la république autoproclamée Alexander Zakharchenko (Valery Sharifullin/TASS)
La milice République populaire autoproclamée de Donetsk observera-feu à partir de minuit le 15 Février, a déclaré samedi 14 février le président de la république autoproclamée Alexander Zakharchenko (Valery Sharifullin/TASS)

La Russie s’est déclarée samedi préoccupée par les tentatives de Kiev et de l’Occident de déformer les accords de paix pour l’Ukraine, conclus jeudi à Minsk après des négociations marathon entre les présidents russe, français, ukrainien et la chancelière allemande.

« Le fait que les responsables ukrainiens (…), ainsi que ceux de certains pays occidentaux, notamment des États-Unis se sont montrés solidaires avec l’opinion des nationalistes radicaux de la Verkhovna Rada (Parlement ukrainien) et ont commencé à déformer le contenu des accords de Minsk suscite une grave préoccupation », a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

La Russie reproche notamment à Kiev et aux Occidentaux de mettre en doute la mise en application des dispositions concrètes du document soutenu officiellement par Vladimir Poutine, François Hollande, Petro Porochenko et Angela Merkel, précise le communiqué.

Alors que des représentants des régions rebelles de Donetsk et de Lougansk (est de l’Ukraine) font état de leur attitude responsable envers leurs engagements, des déclarations faites par les hommes politiques ukrainiens à Kiev suscitent la méfiance, selon Moscou.

« Nous réaffirmons que le principal message des accords de Minsk est qu’il est nécessaire de mettre fin aux combats, de retirer les armes lourdes et d’amorcer une réforme consitutionnelle réelle en Ukraine », souligne le communiqué.

Moscou compte que tous les signataires de l’accord de Minsk du 12 février (Kiev, les rebelles prorusses, la Russie et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), ainsi que les parties ayant soutenu ce processus, dont l’Allemagne et la France, fassent tout leur possible pour que cet accord soit respecté strictement.

Les combats continuaient de faire rage en Ukraine samedi, alors qu’un cessez-le-feu doit entrer en vigueur à 00H00 heure ukrainienne dimanche (22H00 GMT samedi), conformément à l’accord obtenu jeudi à Minsk.