19 morts dont 17 touristes lors d’une attaque terroriste dans un musée tunisien

0
Le musée du Bardo, juste à côté du Parlement tunisien, a été victime d'une attaque «terroriste». (@la Stampa)
Le musée du Bardo, juste à côté du Parlement tunisien, a été victime d’une attaque «terroriste». (@la Stampa)

Au moins huit personnes, dont sept étrangers, ont été tuées mercredi dans une attaque menée par des hommes armés contre le musée du Bardo à Tunis, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

« Une attaque terroriste (a visé) le musée du Bardo », a affirmé le porte-parole du ministère Mohamed Ali Aroui sur la radio Mosaïque FM, en évoquant « deux éléments terroristes ou plus, armés de Kalachnikov ».

« Il y a huit victimes », a-t-il ensuite indiqué à la presse, en précisant qu’il s’agissait de « sept étrangers » et d’un Tunisien.

Selon le porte-parole, une centaine de touristes se trouvaient dans le musée lorsque l’attaque s’est produite et « la majorité des touristes ont été évacués ».

Deux hommes armés responsables de l’attaque contre le musée du Bardo mercredi ont été tués ainsi qu’un policier, selon la télévision nationale tunisienne qui ne précise pas si l’attaque était terminée.

« Un policier et deux terroristes ont été tués », a annoncé la chaîne d’Etat Wataniya 1. Une source policière a confirmé à l’AFP le décès d’un agent des forces de l’ordre.

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, va s’adresser aux Tunisiens, a indiqué à l’AFP le porte-parole de la présidence, Moez Sinaoui.

Le Premier ministre Habib Essid s’est de son côté réuni avec les ministres de l’Intérieur et de la Défense.

D’importants renforts policiers étaient sur place, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Le musée est mitoyen du Parlement tunisien où les travaux des commissions parlementaires ont été suspendus après les tirs. Les députés ont reçu l’ordre de se rassembler dans le hall de l’assemblée, a dit à l’AFP Monia Brahim, élue du parti islamiste Ennahda.

La Tunisie fait face depuis la révolution de janvier 2011 à l’essor d’une mouvance jihadiste armée.

Une soixantaine de policiers et militaires ont été tués dans des heurts armés notamment près de la frontière algérienne où un groupe armé lié à Al Qaïda est actif.

Les commentaires sont fermés.