Afghanistan: trois morts dans un attentat suicide visant un parlementaire à Kaboul

0
Un inspecteur afghan sur le lieu d'un attentat-suicide contre un véhicule de l'ambassade de Turquie le 26 février 2015 à Kaboul (Wakil Kohsar/AFP)
Un inspecteur afghan sur le lieu d’un attentat-suicide, le 26 février 2015 à Kaboul. (Archives/Wakil Kohsar/AFP)

Trois personnes dont un enfant ont été tuées et huit autres blessées dimanche soir dans un attentat suicide à Kaboul visant un membre du parlement afghan, Gul Pacha Majidi, lui-même blessé dans l’attaque, a-t-on appris auprès du chef de la police de la capitale Abdul Rahman Rahimi.

Le kamikaze s’est fait exploser devant une boutique dans le quartier de Shah Shaheed, a dit à l’AFP M. Rahimi avant de préciser: je peux confirmer que trois personnes ont été tuées, huit autres blessées.

Le parlementaire assistait à une jirga (réunion d’anciens). A la fin de la jirga, alors qu’il quittait les lieux, un kamikaze à pieds s’est fait exploser à l’extérieur du bâtiment où s’est tenue la jirga, a précisé M. Rahimi.

Selon la même source, l’élu, de la province de Paktia (est de l’Afghanistan), a été légèrement blessé à la jambe par un éclat. Toutes les victimes sont des civils et un enfant figure parmi les trois morts.

Sur place, les forces de l’ordre ont rapidement fermé les accès au site de l’explosion, où l’on pouvait voir un bâtiment fortement endommagé, selon un photographe de l’AFP.

Dans un communiqué dimanche soir, le ministère de l’Intérieur a condamné l’attaque, confirmant le bilan de trois morts et huit blessés.

L’attentat n’avait pas été revendiqué dans l’immédiat, mais le mode opératoire correspond à celui utilisé par les insurgés talibans, qui visent généralement les symboles du pouvoir en place à Kaboul.

Cet attaque intervient peu après le retour du président Ashraf Ghani d’un voyage officiel aux Etats-Unis. A Washington, la question épineuse de la réconciliation nationale, et donc du processus de paix avec les talibans afghans après 13 années de conflit, était à l’ordre du jour des discussions.

A l’issue d’une rencontre de M. Ghani avec le président américain Barack Obama, les deux pays ont annoncé que les Etats-Unis maintiendraient 9.800 soldats en Afghanistan jusqu’à fin 2015, alors que ce chiffre devait initialement être divisé par deux.

Si les troupes de combat de l’Otan ont quitté le pays en décembre, l’alliance atlantique reste en Afghanistan avec environ 12.500 hommes dans le cadre de la mission Soutien résolu dédiée principalement à l’aide et à la formation des forces de sécurité afghanes.

Parallèlement, le récent rapprochement avec le Pakistan voisin, longtemps considéré comme un soutien des talibans, a ravivé les espoirs de voir les insurgés à la table des négociations.

Mais ces derniers continuent de poser leurs conditions comme préalable à toutes négociations. Il refusent notamment d’entamer le dialogue tant que des soldats étrangers resteront sur le sol afghan.

Un autre attentat mercredi à Kaboul avait fait sept morts et 36 blessés dans le centre de la ville, près du palais présidentiel et de plusieurs ministères, au moment où le pays se prépare à affronter la première saison des combat sans présence massive des troupes de combat de l’Otan à leurs côtés.

Une attaque avait déjà visé un membre du parlement en novembre dernier, la députée Shukria Barakzaï, figure de la lutte pour le droit des femmes en Afghanistan. L’élue avait été légèrement blessée.

En avril dernier, une autre députée, Mariam Koofi, a été blessée par balles par un membre présumé des forces de sécurité.

Les commentaires sont fermés.