Attentats de Boston: la parole passe à la défense

0
Le procès de Dzhokhar Tsarnaev doit débuter le 5 janvier. Il fait face à plusieurs chefs d'accusation et pourrait être condamné à la peine capitale s'il est reconnu coupable.
Le procès de Dzhokhar Tsarnaev doit débuter le 5 janvier. Il fait face à plusieurs chefs d’accusation et pourrait être condamné à la peine capitale s’il est reconnu coupable.

Après 92 témoins, l’accusation a achevé lundi à Boston sa présentation dans le procès de l’accusé des attentats de Boston Djokhar, et cédé la place à la Défense.

Djokhar Tsarnaev, 21 ans, jeune musulman d’origine tchétchène, est jugé depuis le 4 mars à Boston. Il risque la peine de mort pour ces attentats, les plus graves aux Etats-Unis depuis le 11-Septembre, qui avaient fait 3 morts et 264 blessés lorsque deux bombes artisanales avaient explosé près de la ligne d’arrivée du célèbre marathon de Boston le 15 avril 2013.

L’accusation a conclu lundi sa présentation avec le témoignage d’un médecin légiste, Henry Nields, qui a raconté avec des détails parfois insoutenables les blessures de la plus jeune des victimes, Martin Richard, 8 ans, éventré par la bombe déposée par Djokhar Tsarnaev. Les vêtements du petit garçon de 1,34 m et 31 kilos ont également été montrés aux jurés, dont certains n’ont pas pu retenir leurs larmes.

Des photos ont également été présentées aux jurés, dont l’une montrant la famille Richard, juste devant Djokhar Tsarnaev près de la ligne d’arrivée du marathon. Une autre montrait Martin Richard gisant par terre.

Dès le début du procès, vu la quantité d’éléments à charge, avec les images des caméras de surveillance notamment, la Défense a reconnu l’implication de Tsarnaev dans les attentats. Mais elle a avancé qu’il était sous la coupe de son frère aîné Tamerlan, 26 ans, décédé trois jours après les attentats lors d’une confrontation et une fusillade avec la police.

Tsarnaev, parfois tête baissée, parfois parlant avec son avocate Judy Clarke, est resté impénétrable lundi, comme depuis le début du procès.

Les commentaires sont fermés.