Bombes à guidage de précision en Syrie: le chef d’État major à la rescousse de son ministre

4
Le général Tom Lawson estime que la mission en Irak se passe bien, même si elle pourrait s'avérer longue à mener à bien. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le général Tom Lawson estime que la mission en Irak se passe bien, même si elle pourrait s'avérer longue à mener à bien. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Le général Tom Lawson estimait en janvier que la mission en Irak se passe bien, même si elle pourrait s’avérer longue à mener à bien. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Après qu’un quotidien de la capitale fédérale a rapporté que, la semaine dernière, le ministre de la Défense, Jason Kenney, a affirmé que l’implication du Canada dans la campagne aérienne en Syrie était d’autant plus nécessaire que seuls le Canada et les États-Unis disposent de munitions à guidage de précision, le chef d’État major, Tom Lawson, a tenu à préciser que d’autres partenaires de la coalition en Syrie possédaient et utilisaient de telles bombes.

«Il y a seulement cinq partenaires de la coalition qui font des frappes aériennes contre des cibles terroristes dans l’est de la Syrie contre l’EI», a dit le ministre à l’antenne de la chaîne télévision privée canadienne CTV. «Les États-Unis est le seul pays de ces cinq qui des munitions à guidage de précision. C’est une capacité qu’a aussi l’Aviation royale canadienne, donc, l’une des raisons pour lesquelles nos alliés ont demandé que nous élargissons notre mission à l’est de la Syrie est qu’avec ces bombes à guidage de précision nos CF-18 peuvent avoir plus d’impact dans les frappes contre le groupe armé État islamique», a expliqué le ministre.

Mais, ce que semblait ignorer le ministre, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui font partie des cinq pays sous commandement américain qui effectuent des frappes en Syrie actuellement, ont bel et bien des munitions à guidage de précision et les ont déjà utilisé contre les positions djihadistes.

L’automne dernier, le général Martin Dempsey, chef d’État major de la Défense des États-Unis, a même salué les pays arabes pour leur rôle dans la campagne en Syrie et souligné leur utilisation de munitions à guidage de précision.

Ces nations « sont aussi efficaces que nous le sommes sur la question de la précision et de la réduction de la possibilité de dommages collatéraux », a déclaré le chef militaire américain.

Le ministre Kenney a déclaré quant à lui que l’article du quotidien d’Ottawa rapportant ses propos était « trompeur ».

Quoi qu’il en soit, le chef d’État major de la Défense, le général Tom Lawson, a tenu pour sa part à clarifier cette question dans une lettre qu’il a fait parvenir au quotidien en question.

J’aimerais éclaircir un point étayé […] concernant l’utilisation de munitions à guidage de précision en Syrie.

Comme l’a déclaré le ministre de la Défense nationale, grâce aux capacités de guidage de précision de l’Aviation royale canadienne, le Canada est un précieux partenaire dans la lutte contre le groupe armé État islamique. Les armes qui seront employées comptent parmi les munitions à guidage de précision les plus évoluées dans le monde. Ces armes sont équipées de lasers et de systèmes de guidage GPS, donnant ainsi au Canada la capacité de toucher la cible dans toutes les conditions météorologiques. À l’heure actuelle, les États-Unis sont les seuls à utiliser ces munitions à guidage de précision en Syrie.

Nos pilotes hautement qualifiés peuvent utiliser ces munitions à guidage de précision évoluées pour frapper des cibles de manière délibérée ou de manière dynamique. La désignation délibérée d’objectifs survient lorsque les cibles sont statiques, tandis que les cibles dynamiques peuvent être détectées en cours de mission de vol et pourraient inclure, par exemple, un véhicule militaire ou une arme de l’EIIL qui se déplace sur le terrain. Il s’agit d’une capacité considérable qui, à l’heure actuelle, n’est employée que par les États-Unis en Syrie.

Je salue la contribution de tous nos alliés de la coalition, et je suis d’accord avec l’affirmation du Chairman of Joint Chiefs of Staff, le général américain Martin Dempsey, selon laquelle nos alliés mènent leurs opérations avec doigté et précision, et qu’ils prennent de nombreuses mesures visant à réduire au minimum le nombre de victimes civiles.

Les Canadiens peuvent être fiers de la contribution de leurs Forces armées au sein de la coalition, autant pour l’armement évolué dont elles disposent que pour leur expertise à le déployer. Grâce à notre contribution, le Canada est un allié très précieux et hautement respecté dans le cadre des efforts déployés par la coalition pour vaincre l’EIIL.

Le général Tom Lawson
Chef d’état-major de la Défense

Quant au quotidien, il maintient sa version des faits, réaffirmant que le ministre s’est trompé dans ses déclarations à la chaîne CTV. De fait, force est de reconnaître que le chef d’État major ne se réfère pas explicitement dans sa missive aux déclarations de son ministre et se contente de remettre les pendules à l’heure, passant sous silence ce qu’a pu dire ou ne pas dire le ministre de la Défense à la télévision la semaine dernière.