C-51: les faits et non les mythes

0

Suite au dépôt du projet de Loi antiterroriste de 2015, plusieurs Canadiens s’expriment sur cette mesure législative importante pour protéger nos droits et libertés et être mieux outillé pour faire face à la radicalisation et au terrorisme.

À titre de ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada, je souhaiterais remettre certains éléments en perspective afin d’assurer un sain débat, basé sur des faits et non les mythes véhiculés par l’opposition.

Suite aux attaques terroristes que nous avons connues à Saint-Jean-sur-Richelieu et au cœur même de notre démocratie à Ottawa, nous avons le devoir moral d’agir. La responsabilité ultime de tout gouvernement est d’assurer la sécurité de ses citoyens, et c’est ma priorité.

Le projet de Loi antiterroriste de 2015 propose les mesures suivantes afin de mieux protéger les Canadiens:

  • Criminaliser la promotion du terrorisme – notamment des sites web faisant la promotion du jihad,
  • Rehausser les pouvoirs accordés au Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) pour contrer les menaces à la sécurité du Canada tout en voyant à ce que les tribunaux continuent d’exercer une surveillance accrue,
  • Renforcer le Programme de protection des passagers pour empêcher les déplacements aériens effectués par des individus cherchant à participer à des activités terroristes,
  • Faire en sorte que les agences de sécurité puissent plus facilement détenir les terroristes présumés avant que ceux-ci ne passent à l’action,
  • Permettre l’échange efficace et responsable d’informations pertinentes touchant la sécurité nationale entre les ministères et organismes fédéraux.

De plus nous continuons à travailler avec les communautés pour empêcher la radicalisation et pour intervenir lorsque des individus semblent se radicaliser.

La menace terroriste a fortement évolué au cours des dernières années et nous assistons à un phénomène de radicalisation de Canadiens devant lequel nous ne pouvons rester passifs. C’est pourquoi, afin de prévenir plus efficacement la radicalisation, la promotion du terrorisme sera criminalisée et le SCRS sera en mesure de prévenir en amont la radicalisation en rencontrant la famille ou les leaders communautaires d’individus à risque de radicalisation.

Comme nous l’avons dit à la suite des attaques terroristes ici, chez nous au Canada, nous n’allons pas réagir de manière excessive, mais nous n’allons pas rester passifs. La Loi antiterroriste de 2015 remplit exactement cet objectif. Les nombreux Canadiens avec lesquels j’ai eu l’occasion d’échanger m’ont partagé leurs inquiétudes quant à leur sécurité et celle de leur famille. Soyez assuré que sous le leadership du Premier ministre Harper, notre gouvernement fera tout ce qu’il se doit afin de maintenir nos communautés libres de la menace terroriste.

Contrairement aux propos de l’opposition qui souhaite opposer notre sécurité et nos libertés, nous croyons fermement qu’elles vont de pairs et qu’il ne peut y avoir de liberté sans sécurité.

Enfin, j’ai pleinement confiance envers nos femmes et nos hommes des agences de sécurité qui nous protègent tous les jours, et notre modèle canadien de surveillance assure une revue indépendante des activités du SCRS.

La Cour Suprême elle-même a établi que «le mécanisme du Comité de surveillance est un exemple du système légal canadien établissant un meilleur équilibre entre la protection d’information sensible et les droits procéduraux des personnes.» Que dire de plus? Contrairement à l’opposition qui souhaiterait permettre à des politiciens de s’ingérer dans des activités opérationnelles des agences de sécurité, nous croyons que l’avis d’experts indépendants se rapportant aux Canadiens est le modèle le plus approprié.

En conclusion, nous devons demeurer vigilants face à la menace terroriste et nous y adapter pour protéger nos droits et libertés; c’est exactement ce que proposent nos mesures antiterroristes.

Steven Blaney est ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile au sein du gouvernement conservateur de Stephen Harper et député de Lévis—Bellechasse, au Québec, depuis le 23 janvier 2006.

Les commentaires sont fermés.