Irak: Bagdad suspend l’assaut sur Tikrit, ville piégée par l’EI

0
Des combattants chiites irakiens lancent des roquettes contre le groupe État islamique à Tikrit le 12 mars 2015 (Ahmad Al-Rubaye/AFP)
Des combattants chiites irakiens lancent des roquettes contre le groupe État islamique à Tikrit le 12 mars 2015 (Ahmad Al-Rubaye/AFP)

L’offensive des forces irakiennes pour reprendre Tikrit au groupe État islamique (EI) a été suspendue en raison de la multitude d’engins explosifs disséminés par les djihadistes dans la ville où ils sont toujours assiégés.

L’opération lancée le 2 mars avec des milliers de soldats, policiers, miliciens notamment chiites, membres des forces kurde ou de tribus sunnites, a permis d’encercler les djihadistes. Mais les déloger de la ville s’avère beaucoup plus compliqué.

« Ils ont posé des bombes partout, dans les rues et les bâtiments, sous les ponts. C’est à cause de cela que nos forces ont été stoppées », a expliqué mardi à l’AFP Jawad al-Etlebawi, porte-parole de la milice chiite Asaïb Ahl al-Haq (la Ligue des vertueux, en arabe) qui participe activement à l’opération.

Selon des officiers, l’EI a piégé des maisons et creusé des tranchées dans la capitale de la province de Salaheddine, située à 160 km de Bagdad.

« La bataille pour reprendre Tikrit sera difficile », a ajouté le porte-parole. « Nous avons besoin de forces formées à la guerre en zone urbaine pour mener l’assaut » contre cette ville conquise par l’EI en juin 2014.

Dès lundi, le ministre irakien de l’Intérieur Mohammed al-Ghabbane avait annoncé la suspension de l’offensive gouvernementale irakienne, la plus importante depuis la débandade de l’armée mi-2014, qui avait permis à l’EI de conquérir de vastes territoires au nord et à l’ouest de Bagdad.

Selon lui, les combats ont été suspendus pour « limiter les pertes » et protéger les infrastructures, sans préciser en quoi s’en tenir à un siège prolongé permettrait d’atteindre ces deux objectifs, à moins que les forces irakiennes n’obtiennent un appui extérieur supplémentaire, aérien notamment.

Le général Abdelwahab al-Saadi, l’un des principaux commandants pour cette opération, avait appelé dimanche à un appui aérien de la coalition internationale dirigée par les États-Unis, qui pourrait faire basculer la bataille de Tikrit.

D’après le général Saadi, la coalition n’a apporté « aucun soutien aérien » jusque là, en raison de l’implication de l’Iran au côté des troupes irakiennes dans l’offensive en cours.

Attaque au chlore en Syrie

L’armée irakienne a déjà tenté de reprendre par trois fois, en vain, la ville d’origine de l’ex-dictateur Saddam Hussein. Des commandants ont affirmé de façon récurrente qu’ils étaient sur le point de lancer l’assaut – mais la ligne de front n’a pas bougé depuis des jours.

L’EI a annoncé mardi avoir décapité quatre hommes recrutant des volontaires pour combattre au côté des forces gouvernementales dans la province irakienne de Salaheddine.

Depuis sa percée fulgurante en Irak il y a neuf mois, le groupe extrémiste sunnite impose sa loi et multiplie les atrocités dans les régions sous son contrôle, comme sur les territoires conquis en Syrie voisine à la faveur du conflit ayant éclaté il y a quatre ans entre le régime et des rebelles.

En Syrie, des opposants et l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) ont accusé le régime d’avoir mené une attaque aux gaz qui a tué six personnes dont trois enfants lundi soir dans la province d’Idleb.

« Trois enfants, leur mère, leur père et leur grand-mère sont morts asphyxiés (par des gaz) après une attaque aux barils d’explosifs menée par le régime contre leur village », a précisé l’OSDH, basé en Grande Bretagne mais qui s’appuie sur un important réseau de sources syriennes, dont des médecins.

Des militants ont publié des photos de victimes peinant à respirer, et accusé le régime d’avoir eu recours au chlore.

Le régime de Bachar al-Assad a utilisé fréquemment le chlore dans des attaques contre les rebelles.

Plusieurs cas d’utilisation du chlore par les djihadistes, qui le récupèrent principalement dans les stations d’épuration ou dans des bombes artisanales, ont également été évoqués en Syrie et en Irak.

Le ministère américain de la Défense s’est dit lundi « préoccupé » par les accusations d’utilisation de ce gaz par l’EI, même s’il a précisé n’être pas en mesure de confirmer ces allégations émanant des autorités du Kurdistan irakien.

Les enquêteurs de l’ONU sur la Syrie ont déclaré mardi qu’à défaut de saisine de la Cour pénale internationale, ils allaient « partager » avec la justice de certains Etats des « noms et des informations » relatives à des auteurs de crimes de guerre afin qu’ils soient jugés.

Les commentaires sont fermés.