Suicide du caporal Langridge: vers la fin des interrogations pour les parents?

20
Le caporal Stuart Langridge alors qu'il servait en Afghanistan en 2004-2005 (Archives/MDN)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le caporal Stuart Langridge alors qu'il servait en Afghanistan en 2004-2005 (Archives/MDN)
Le caporal Stuart Langridge alors qu’il servait en Afghanistan en 2004-2005 (Archives/MDN)

La commission d’examen des plaintes concernant la police militaire émettra son rapport final pour le cas Fynes le 10 mars prochain.

Après avoir servi en Bosnie et en Afghanistan, le caporal Stuart Langridge s’était suicidé le 15 mars 2008 sur la base des Forces canadiennes d’Edmonton.

Ses parents, Sheila et Shaun Fynes, ont déposé une plainte officielle auprès de la Commission d’examen des plaintes relativement à trois enquêtes menées par le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) à la suite de la mort de leur fils.

Les parents du soldat décédé, affirmaient alors que les investigations menées sur le suicide de leur fils par le SNEFC avaient été bâclées et biaisées.

Conformément à la Loi sur la défense nationale, la Commission a soumis son rapport provisoire qui présente les conclusions et les recommandations de la Commission en ce qui concerne la plainte au ministre de la Défense nationale, au chef d’état-major de la défense, au Juge avocat général et au Grand Prévôt des Forces canadiennes (GPFC).

À la douleur du deuil s’était alors ajoutée la frustration de ne pas pouvoir lire le rapport provisoire émis par la commission d’examen le 30 avril 2014, suite au refus de Rob Nicholson, l’ancien ministre de la défense.

Plus scandaleux, le caporal Langridge, rappelle la famille, avait laissé une note de suicide manuscrite, trouvée par les enquêteurs du SNEFC, où le jeune homme faisait connaître ses dernières volontés et demandait à ne pas avoir de funérailles militaires.

Mais les parents du jeune homme n’avaient été informé du contenu de cette note que 14 mois après sa mort et… les dernières volontés de leur fils ont donc été ignorées.

Espérant sans doute que la publication du rapport final le 10 mars prochain à Ottawa apportera des réponses satisfaisantes, Sheila et Shaun Fynes ont prévu de s’adresser aux médias dans les heures qui suivent.