La responsable du désarmement à l’ONU , Angela kane, quitte son poste

0
La Haute représentante de l'ONU pour le désarmement, Angela Kane (ONU)
La Haute représentante de l’ONU pour le désarmement, Angela Kane (ONU)

La Haute représentante de l’ONU pour le désarmement, l’Allemande Angela Kane, a décidé de quitter ses fonctions, a annoncé mardi l’ONU. Elle avait notamment participé au programme de démantèlement de l’arsenal chimique syrien.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a rendu hommage à la « contribution essentielle » de Mme Kane pour « faire progresser la cause du désarmement et de la non-prolifération et débarrasser le monde du fléau des armes chimiques », selon un communiqué.

Mme Kane avait été nommée à ce poste en 2012 après une longue carrière au siège de l’ONU et dans des missions en Ethiopie, Indonésie, Thaïlande et au Salvador. Elle sera remplacée par intérim par un conseiller spécial de M. Ban depuis septembre 2013, Kim Won-soo.

Elle avait près de 38 ans d’expérience aux Nations Unies, notamment dans les domaines du désarmement et des affaires politiques, comme Sous-Secrétaire générale aux affaires politiques et Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général dans une mission de maintien de la paix. Peu avant dêtre nommé Haute représentante pour le désarment, elle a été Secrétaire générale adjointe à la gestion de 2008 à 2012.

Parmi les nombreuses fonctions qu’elle a assumées, on peut citer la direction de toutes les activités de la Campagne mondiale pour le désarmement, qui avait vocation de mobiliser les États Membres pour faire avancer le programme de désarmement.

Mais, surtout, c’est au cours du mandat de Mme Kane comme Haute représentante qu’a été votée la résolution 2118 de septembre 2013 qui a obligé la Syrie à démanteler tout son arsenal chimique, sous la supervision d’une mission conjointe de l’ONU et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

L’essentiel de l’armement chimique – soit 1300 tonnes de produits toxiques – déclaré par Damas a été évacué du pays pour être détruit, à la suite d’un accord russo-américain. Damas est toutefois accusé maintenant par les Occidentaux d’avoir utilisé l’an dernier du gaz de chlore comme arme chimique contre des villages dans le nord de la Syrie.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.