Les djihadistes de l’EI auraient utilisés de la chlorine

0
Un camion de l'État islamique, paradant dans les rues de Mossoul, le 12 juin 2014.
Un camion de l’État islamique, paradant dans les rues de Mossoul, le 12 juin 2014.

Le gouvernement kurde en Irak dit avoir des preuves que le groupe armé État islamique a utilisé des armes chimiques contre les combattants kurdes peshmerga, en janvier dernier.

Un communiqué du Conseil de sécurité de la région du Kurdistan (CSRK) indique ainsi que les «forces Peshmergas ont prélevé des échantillons de sol et de vêtements après un attentat-suicide dans un camion survenu le 23 janvier», dans le nord de l’Irak.

L’analyse a été réalisée dans l’Union européenne et «a révélée que les échantillons contenaient des niveaux de chlore qui suggèrent que la substance a été utilisée à des fins offensives», indique le communiqué.

Le CSRK, qui est présidé par le fils du président kurde Massoud Barzani, a fait valoir que l’utilisation de l’agent chimique était un signe de désespoir des djihadistes. «Le fait que l’EI se tourne vers de telles tactiques démontre qu’il a perdu de l’initiative et qu’il en vient à des mesures désespérées».

L’attaque de janvier a eu lieu sur une route entre Mossoul et la frontière syrienne, alors que les forces peshmergas tentaient de prendre le contrôle d’une ligne d’approvisionnement essentielle aux djihadistes. Les soldats ont trouvé «environ 20 bidons d’essence» qui avaient été chargés sur le camion avant l’attaque.

Une vidéo fournie par le CSRK montre ce camion roulant à toute allure duquel sort de la fumée blanche alors qu’il est assailli par les tirs des peshmergas. Plus tard, après l’explosion du camion, on voit un épais nuage blanc.

D’après ce qu’a rapporté un responsable du CSRK, des dizaines de combattants peshmergas ont été soignés pour «des étourdissements, des nausées, des vomissements et une faiblesse générale» après l’attentat.

L’utilisation du chlore, que les djihadistes ont récupéré notamment dans des usines de traitement de l’eau, dans des bombes artisanales ont été signalés à plusieurs reprises dans différentes régions de l’Irak et la Syrie.

En octobre, les autorités irakiennes ont soutenu que l’EI avait utilisé des cylindres remplis de chlore dans des affrontements à Balad et Duluiya en septembre.

À Kobané en Syrie, d’autres personnes ont rapporté que les extrémistes avaient ajouté du chlore à un arsenal qui comprenait déjà des armes lourdes et des chars d’assaut volés dans des bases militaires capturées.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté début mars une résolution condamnant l’utilisation du gaz de chlore comme arme chimique dans le conflit syrien, mais sans en désigner les coupables.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.