Les États-Unis enverront des drones d’observation et des véhicules à l’Ukraine

12
Un drone Raven, le 21 octobre 2014. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un drone Raven, le 21 octobre 2014. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Un drone Raven, le 21 octobre 2014. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Les Etats-Unis vont envoyer des drones d’observation et des véhicules de transport Humvee à l’Ukraine, pour l’aider à faire face à l’insurrection séparatiste dans l’est du pays, a-t-on appris mercredi auprès d’un responsable américain.

Cette nouvelle livraison de matériel militaire non-létal à l’Ukraine a été discutée mercredi lors d’un entretien téléphonique entre le vice-président américain Jo Biden, et le président ukrainien Petro Porochenko, a-t-on indiqué de même source.

Dans cet entretien, les deux dirigeants ont également évoqué les nouvelles sanctions prises par les Etats-Unis contre des séparatistes dans l’est du pays, une banque russe et d’anciens ministres du précédent gouvernement à Kiev.

Dans le détail, le département du Trésor a annoncé mercredi que 8 responsables de la région séparatiste de Donetsk et la Russian National Commercial Bank, active dans la région de Crimée depuis son annexion par la Russie, était ajoutés à la liste noire américaine.

Trois anciens dignitaires du président ukrainien déchu Victor Ianoukovitch, dont son ex-Premier ministre Mykola Azarov, sont également visés par ces nouvelles sanctions qui gèlent leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis et interdisent aux Américains de faire affaire avec eux.

Côté matériel militaire, les Etats-Unis vont envoyer des drones d’observation Raven, et 230 véhicules de transport Humvee, dont 30 blindés, a précisé un responsable américain de la Défense.

Le calendrier de ces envois n’a pas été précisé, mais selon cette source, les 30 Humvees blindés seront expédiés dans les prochaines semaines.

Les Etats-Unis ont déjà envoyé d’autres équipements militaires non-létaux à l’Ukraine pour l’aider dans ses combats contre les séparatistes pro-russes, comme des radars anti-mortier, ou des lunettes de vision nocturne.

Mais la Maison Blanche, qui soutient le régime de Kiev, n’a pas encore pris de décision quant à l’envoi d’armes létales comme les missiles anti-blindés réclamés par l’Ukraine.

Plusieurs hauts responsables américains de la Défense se sont prononcés en faveur de tels envois, mais des alliés des Etats-Unis au sein de l’Otan, comme l’Allemagne et la France, s’opposent à l’envoi de tels équipements, redoutant une escalade du conflit.

Dénonçant la main de Moscou derrière la crise ukrainienne, Américains et Européens ont par ailleurs pris de nombreuses sanctions financières contre les séparatistes de l’est et contre la Russie elle-même.

Mardi encore, les Etats-Unis ont accusé la Russie d’imposer le règne de la terreur dans les régions séparatistes ukrainiennes.

Moscou dément, de son côté, toute implication dans ce conflit qui a fait plus de 5.600 morts depuis près d’un an.