L’ONU avertit que le Yemen est au bord du gouffre

32
Un char arborant le drapeau des séparatistes trouvé dans un dépôt militaire, le 27 mars 2015 (Saleh al-Obeidi/AFP)
Temps de lecture estimé : 1 minute
Un char arborant le drapeau des séparatistes trouvé dans un dépôt militaire, le 27 mars 2015 (Saleh al-Obeidi/AFP)
Un char arborant le drapeau des séparatistes trouvé dans un dépôt militaire, le 27 mars 2015 (Saleh al-Obeidi/AFP)

Le Haut Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein a averti que le Yémen est au bord d’un effondrement total. Il s’est alarmé de la mort de plusieurs dizaines de civils ces quatre derniers jours.

Il a affirmé que la situation se détériore rapidement. Il a appelé tous les belligérants à épargner les civils et à renouer le dialogue.

« La situation est extrêmement inquiétante, avec des dizaines de civils tués ces quatre derniers jours. Le pays semble être au bord d’un total effondrement », a déclaré le Haut Commissaire dans un communiqué publié à Genève.

Il s’est déclaré en particulier choqué par le bombardement du camp de déplacés d’Al-Mazraq à Harad, dans le nord du Yémen. Selon l’ONU, au moins 19 civils ont été tués lors de cette attaque aérienne, 35 blessés dont 11 enfants.

D’autres sources ont évoqué un bilan de 45 morts. Le camp, créé par l’ONU en 2009, accueille quelque 4000 personnes, dont 300 familles déplacées de Saada.

Le Haut Commissaire a condamné les attaques contre les maisons privées, les écoles, les infrastructures et les hôpitaux. Les milices Houthis ont attaqué à Dhale trois hôpitaux, selon les informations de l’ONU, provoquant un nombre inconnu de victimes. Les combats ont provoqué le déplacement de milliers de personnes supplémentaires, s’est inquiété l’ONU.