NCSM Annapolis: un juge fédéral lève l’interdiction de couler le navire

0
Le NCSM Annapolis sera coulé près de Gambier Island, en Colombie-Britannique. (Archives/SDURA)
Le NCSM Annapolis sera coulé près de Gambier Island, en Colombie-Britannique. (Archives/SDURA)

La saga du NCSM Annapolis est sur le point de se terminer. Après bien des tumultes, un juge fédéral a finalement ordonné la levée de l’interdiction de couler l’ancien navire de la Marine royale canadienne pour en faire un récif artificiel, au large de la Colombie-Britannique.

La Société des récifs artificiels de la Colombie-Britannique essaye de saborder le destroyer désarmé de 113 mètres de long depuis plus de six ans maintenant, mais a du faire face à de nombreux retards en raison de l’opposition de la Save Halkett Bay Marine Park Society, qui craint que l’épave sera source de pollution.

Dernier développement en date, la Cour fédérale a rejeté une demande de la Save Halkett Bay Marine Park Society de réviser le permis d’élimination en mer accordé par le ministre de l’Environnement.

Le groupe faisait valoir que le permis du gouvernement devait être annulé parce que la peinture du navire contient du dichlorure de dibutylétain et du chlorure de tributylétain, des matières toxiques appelés OTC qui pourraient endommager l’environnement.

Dans une décision écrite, publiée jeudi, le juge en chef Paul Crampton déclare que les produits chimiques «étaient des ingrédients courants dans une peinture ‘anti-salissure’ qui a été utilisé sur les coques des navires durant la période lors de laquelle le NCSM Annapolis était en service actif».

Le juge dit que la délivrance du permis «n’était pas déraisonnable» étant donné que le revêtement anti-salissure sur la coque du navire était dans un état non-actif «en conformité avec les normes d’Environnement Canada» pour l’élimination des navires en mer.

Il a également noté que la quantité de OTC dans les échantillons de peinture recueillis sur la coque par le Save Halkett Bay Marine Park Society étaient de «0,004% à 0,008%, ce qu’il se serait attendu à trouver dans de la peinture anti-salissure fraîche».

Le juge en chef a déclaré que les normes de nettoyage appliquées par Environnement Canada pour l’Annapolis étaient comparables à celles utilisées aux États-Unis et en Australie.

Le groupe d’environnementalistes a décidé de ne pas faire appel de la décision du juge Crampton, ce qui laisse désormais la voie libre pour le sabordage du navire, qui devrait avoir lieu dans les prochaines semaines.

L’Annapolis a servi dans la Marine royale canadienne de 1964 à 1996.

Le navire a été désarmé en 1998 et a été vendu à la Société des récifs artificiels de la Colombie-Britannique le 11 mars 2008.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.