Nigeria: résultats serrés, Kerry, Hammond inquiets d’interférences dans le décompte des votes

0
Le président nigerian Goodluck Jonathan (g) et le candidat de l'opposition, l'ancien général Muhammadu Buhari, le 26 mars 2015 à Abuja (Philip Ojisua/AFP)
Le président nigerian Goodluck Jonathan (g) et le candidat de l’opposition, l’ancien général Muhammadu Buhari, le 26 mars 2015 à Abuja (Philip Ojisua/AFP)

Le secrétaire d’État américain John Kerry et le secrétaire au Foreign Office britannique Philip Hammond ont exprimé lundi leur inquiétude quant à des interférences politiques délibérées dans le processus de collecte des voix de l’élection présidentielle au Nigeria, des craintes rejetées par la Commission électorale nigériane.
—-
Mise à jour au 15/03/30 à 19h18

Le candidat de l’opposition nigériane, Muhammadu Buhari, a été largement plébiscité dans le nord, sa région d’origine, selon les premiers résultats partiels de la présidentielle la plus serrée de l’histoire du Nigeria, qui l’oppose au président sortant, Goodluck Jonathan.

Selon les premiers résultats officiels dans 18 des 36 Etats nigérians et dans la capitale fédérale, annoncés par des délégués de la Commission électorale indépendante (Inec), l’ancien général Buhari, 72 ans, est pour l’instant donné vainqueur dans 10 Etats, le président Jonathan, 57 ans, remportant le scrutin dans huit autres et dans la capitale fédérale.

Les deux candidats continuaient à être au coude-à-coude, lundi en fin de soirée, M. Buhari devançant M. Jonathan d’environ deux millions de voix. L’annonce des résultats, interrompue vers 22h30 GMT, doit reprendre mardi à 09h00 GMT.

—-

Saluant le fait que le vote se doit déroulé dans le calme pour cette élection, ils notent qu’il n’y a pas eu pour le moment de manipulation systématique du processus, dans un communiqué commun depuis Lausanne où ils participent aux négociations sur le programme nucléaire iranien.

Mais il y a des indications inquiétantes que le processus de rassemblement des votes –pour être comptés– puisse être sujet à des interférences politiques délibérées, selon les termes du communiqué.

La commission électorale nigériane a rejeté comme sans fondement ces craintes.

Le porte-parole de la Commission électorale indépendante, Kayode Idowu, a déclaré qu’il n’y avait absolument aucun fondement permettant de redouter des interférences des partis politiques dans le comptage final des voix. « Il n’y aucune preuve d’interférence politique », a-t-il insisté.

À Abuja, la secrétaire d’État adjointe américaine pour l’Afrique Linda Thomas-Greenfield, a déclaré qu’il n’y a aucune indication (d’interférence) au quartier-général (de l’Inec). Mais, a-t-elle précisé, à un niveau régional dans les centres de dépouillement.

« Nous avons tous, et pas seulement les États-Unis ou le Royaume-Uni, mais aussi d’autres (pays) de la communauté internationale, reçu beaucoup d’appels et d’informations concernant des inquiétudes à propos d’ingérences dans les centres de dépouillement », a-t-elle souligné.

« Donc, nous voulions être sûrs qu’il était bien clair que cela est inacceptable », a-t-elle ajouté.

Pour MM. Kerry et Hammond, toute tentative de fraude au Nigeria irait à l’encontre de la lettre et de l’esprit de l’accord d’Abuja, pour lequel les deux principaux partis se sont engagés.

Ils soulignent que leurs gouvernements seraient extrêmement préoccupés par toute tentative de nuire à l’indépendance de la commission électorale.

À Abuja, le chef de la mission de l’Union Européenne des observateurs de l’élection, Santiago Fisas, a indiqué lundi pendant une conférence de presse que le rassemblement des voix était le problème le plus critique et a assuré que les observateurs surveillent ce processus.

Selon les premiers résultats dans huit des 36 États nigérians et dans la capitale fédérale, annoncés lundi après-midi par des délégués de l’Inec, Muhammadu Buhari est pour l’instant donné vainqueur dans cinq États, le président sortant Goodluck Jonathan remportant le scrutin dans trois autres et dans la capitale fédérale.

M. Jonathan bénéficie cependant d’une légère avance en nombre de suffrages exprimés –moins de 20.000 voix pour l’instant.

Les commentaires sont fermés.