Nord-est du Kenya: trois tués dans une attaque shebab contre un convoi officiel

0
Des rebelles shebab près de Mogadiscio (AFP/File, Mohamed Abdiwahab)
Des rebelles shebab près de Mogadiscio (AFP/Mohamed Abdiwahab)

Trois personnes ont été tuées et huit blessées vendredi dans l’attaque d’un convoi officiel dans le nord-est du Kenya, près de la frontière somalienne, selon un responsable local, une opération revendiquée par les islamistes somaliens shebab.

Le convoi qui transportait le gouverneur du comté de Mandera, Ali Roba, a été attaqué au lance-roquette près de la localité de Mandera, sur une route longeant la frontière somalienne, à environ 5 km à l’intérieur du territoire kényan, a indiqué à l’AFP le préfet adjoint de Mandera-East, Elvis Korir, précisant que le gouverneur était sain et sauf.

Le véhicule du gouverneur venait de passer quand une roquette a touché un véhicule d’escorte, a déclaré M. Korir. Le véhicule a pris feu et ses trois occupants – deux policiers et un civil – ont péri, a-t-il ajouté.

Huit personnes ont été également blessées, dont trois grièvement, par des éclats de grenades lancées par les assaillants, selon le préfet adjoint, qui a précisé que ceux-ci étaient parvenus à prendre la fuite vers la Somalie à bord de deux véhicules du convoi.

Le porte-parole militaire des shebab, Abdulaziz Abu Musab, contacté par l’AFP, a revendiqué l’opération, indiquant qu’une unité commando des shebab a attaqué un convoi kényan roulant de Mandera vers Nairobi et avait regagné ensuite sa base en Somalie.

Le porte-parole shebab a affirmé que quatre personnes avaient été tuées et deux véhicules détruits, et que les assaillants s’étaient emparés d’armes et d’un véhicule.

La Croix-Rouge kényane a indiqué que quatre blessés, hospitalisés à Mandera, étaient dans un état critique et qu’elle envisageait de les transférer vers Nairobi.

La localité de Mandera, dans le nord-est du Kenya, est située juste à la frontière avec la Somalie et l’Ethiopie. Elle est le théâtre d’attaques régulières des shebab, attentats ou embuscades.

Fin novembre et début décembre, les shebab avaient notamment revendiqué deux attaques près de Mandera, au cours desquelles ils avaient exécuté froidement 28 passagers non-musulmans d’un bus après les avoir séparés des occupants musulmans, puis 36 ouvriers d’une carrière.

Largement défaits sur le terrain somalien, les insurgés shebab mènent aussi depuis plusieurs années des attaques dans des pays voisins engagés militairement contre eux en Somalie, en particulier le Kenya.

Les commentaires sont fermés.