Rencontre Nicholson-Pavlenko et signature d’un deuxième prêt de 200 millions $ à l’Ukraine

0
Le ministre ukrainien Olexyi Pavlenko le 26 mars  lors de sa visite à Ottawa(MAECD)
Le ministre ukrainien Olexyi Pavlenko le 26 mars lors de sa visite à Ottawa(MAECD)

Alors que le ministre des Affaires étrangères canadien, Rob Nicholson, rencontrait ce vendredi 27 mars le ministre ukrainien Olexyi Pavlenko, le Canada a annoncé la signature officielle du décaissement d’un deuxième prêt à faible taux d’intérêt de 200 millions de dollars du Canada à l’Ukraine.

Ce deuxième prêt qui porte la valeur totale des accords de prêts consentis par le Canada à l’Ukraine à 400 millions de dollars depuis le début de ce que le Canada appelle « les agressions du régime Poutine et son occupation de la Crimée ».

Ce prêt, indique le communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères, est destiné à aider à stabiliser l’économie de l’Ukraine et à soutenir des programmes conformes aux priorités du Canada en matière de développement.

«Depuis le début de la crise, le Canada soutient fièrement et fermement l’Ukraine dans sa lutte contre l’agression militaire inacceptable et persistante du régime Poutine. Nous appuyons inconditionnellement le peuple ukrainien alors qu’il cherche courageusement à retrouver la paix et la liberté; nous sommes solidaires de nos alliés et demandons instamment à la Russie de respecter les engagements qu’elle a pris à Minsk. Les mesures annoncées aujourd’hui contribueront aux efforts déployés par l’Ukraine pour stabiliser son économie, promouvoir la stabilité sociale et favoriser la prospérité économique.», a déclaré le chef de la diplomatie canadienne.

Le prêt annoncé ce vendredi est l’une des nombreuses mesures prises par le gouvernement du Canada afin d’appuyer les efforts déployés par l’Ukraine pour rétablir la stabilité économique et sociale, souligne la partie canadienne.

Contributions supplémentaires à la mission de surveillance spéciale de l’OSCE

Le ministre Nicholson a aussi annoncé des contributions supplémentaires à la mission de surveillance spéciale de l’OSCE en Ukraine.

«Il y a un an, le 27 mars 2014, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution déclarant que le ‘référendum’ de Crimée n’avait pas de validité juridique et demandant aux États de n’entreprendre aucune action visant à modifier la frontière de l’Ukraine. Le Canada a parrainé la résolution avec fierté et il demeure l’un des principaux défenseurs de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, y compris en ce qui concerne la Crimée», a rappelé le ministre.

«Notre soutien envers l’Ukraine n’a cessé de croître et il s’est traduit notamment par des contributions à la mission de surveillance spéciale (MSS) de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Cette mission de civils non armés vise à réduire les tensions et à favoriser la stabilité et la sécurité. En fait, la MSS de l’OSCE joue un rôle clé en surveillant et en vérifiant la mise en œuvre des dispositions du cessez-le-feu négocié dans les accords de Minsk. Son mandat lui permet de se rendre dans l’ensemble du territoire ukrainien», a expliqué le chef de la diplomatie canadienne.

«Le Canada a été l’un des premiers pays à annoncer sa contribution à la MSS au début de la crise. Le Canada se réjouit de la prolongation de la mission de surveillance. De plus, il est heureux d’annoncer aujourd’hui qu’il versera une contribution supplémentaire de 2 millions de dollars et prolongera la durée de la mission de quelque 25 surveillants canadiens experts en sécurité, en droits de la personne, en primauté du droit et en médias.», a déclaré Rob Nicholson.

Depuis le début de la crise Ukraine, le Canada, soutien inconditionnelle des autorités pro-occidentales en place à Kiev depuis le renversement en février il y un an du président pro-russe Viktor Inoukovitch, a multiplié les déclarations, les gestes et les mesures pour soutenir l’Ukraine.

Depuis janvier 2014, le Canada a annoncé plus de 575 millions de dollars en aide à l’Ukraine, entre autres pour du matériel militaire non létal offert au gouvernement ukrainien afin de répondre à plusieurs besoins cruciaux sur le terrain. Il a aussi imposé toute une série de sanctions visant plus de 270 personnes et entités russes et ukrainiennes, et il participe aux efforts d’apaisement de l’OTAN en Europe de l’Est.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.