Russie: la pilote ukrainienne accepte un peu de nourriture au 83e jour de sa grève de la faim

36
La pilote militaire ukrainienne Nadia Savtchenko, en grève de la faim depuis 83 jours pour protester contre sa détention en Russie (AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
La pilote militaire ukrainienne Nadia Savtchenko, en grève de la faim depuis 83 jours pour protester contre sa détention en Russie (AFP)
La pilote militaire ukrainienne Nadia Savtchenko, en grève de la faim depuis 83 jours pour protester contre sa détention en Russie (AFP)

La pilote militaire ukrainienne Nadia Savtchenko, en grève de la faim depuis 83 jours pour protester contre sa détention en Russie, a accepté jeudi de prendre du bouillon de poulet, après avoir perdu 21 kilos, mais elle poursuit son action, a annoncé son avocat.
—-
Mise à jour au 06/03/2015 à 10h27

La pilote ukrainienne emprisonnée en Russie met fin à sa grève de la faim.

—-

« Nadia Savtchenko, 33 ans, a accepté (aujourd’hui) de prendre du bouillon de poulet », a déclaré à l’AFP l’avocat Ilia Novikov, tout en soulignant que la jeune femme n’a pas cessé sa grève de la faim.

Federica Mogherini, qui dirige la diplomatie de l’Union européenne, s’était inquiétée mercredi de l’état de cette femme, estimant qu’elle pourrait voir sa santé se détériorer de façon irréversible, ou mourir, si elle n’était pas libérée d’urgence.

« Pour l’heure, son état de santé peut être caractérisé comme moyennement grave, mais son poids est passé à 54 kilos contre 75 kilos habituellement », a précisé l’avocat, ajoutant que la jeune femme devrait décider dans les prochains jours si elle allait continuer à ne prendre que de l’eau, du thé et du glucose.

« J’apprends à changer de tactique… Physiquement, j’ai très mal, mais pas au point de mourir », a déclaré Mme Savtchenko, dans un message rendu public par sa défense.

« Je vais prendre du bouillon pendant un certain temps. Comme ça, si je dois vivre, je pourrai voler. Si je dois mourir, je mourrai en bonne santé. Si je dois me battre, j’aurai des forces », a-t-elle expliqué.

« Les autorités russes ne s’intéressaient pas trop à sa grève de la faim avant qu’elle ne se trouve dans un état critique, c’est pourquoi Nadia ne veut pas y renoncer », a ajouté pour sa part M. Novikov.

Un autre avocat de Mme Savtchenko, Mark Feïguine, a cependant affirmé que la jeune femme envisageait de mettre fin à sa grève de la faim, une fois que son organisme sera habitué de nouveau à recevoir de la nourriture.

« Si elle peut manger de la nourriture normale, elle cessera sa grève de la faim. Mais cela ne va pas se passer rapidement et peut prendre des semaines », a-t-il indiqué à la radio russe Kommersant FM.

Le président ukrainien Petro Porochenko a pour sa part déclaré mercredi avoir demandé à son homologue russe Vladimir Poutine de libérer immédiatement la pilote, notamment pour des raisons médicales.

« La lettre a été reçue. Une réponse sera donnée », a indiqué jeudi Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, cité par l’agence de presse publique RIA-Novosti.

Arrêtée début juillet en territoire russe selon Moscou -alors que les Ukrainiens affirment qu’elle a été capturée et livrée à Moscou par les séparatistes-, Nadia Savtchenko est accusée du meurtre prémédité de deux journalistes russes dans l’est de l’Ukraine mi-juin.

La justice russe affirme que la pilote a communiqué à l’armée ukrainienne la position des deux journalistes, tués par un tir de mortier. Selon les enquêteurs, son crime est passible de la peine de mort ou de la prison à vie.

Son arrestation a valu à Mme Savtchenko une forte popularité en Ukraine, où elle a été élue symboliquement députée aux législatives d’octobre.