15h52 (HNE) Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été tué par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier.

16h57 (HNE) Le groupe armé État islamique revendique l’attentat de Strasbourg via l’agence Amaq et qualifie son auteur, Cherif Chekatt, de “soldat de l’Etat Islamique”

Syrie: le chef de l’ONU veut des mesures résolues pour mettre fin à la guerre

0
Des réfugiés syriens traversent la frontière entre la Syrie et la Turquie près de la ville de Kobané en 2014 (I. Prickett/HCR)
Des réfugiés syriens traversent la frontière entre la Syrie et la Turquie près de la ville de Kobané en 2014 (I. Prickett/HCR)

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé jeudi le Conseil de sécurité à prendre des mesures résolues pour mettre fin à la guerre civile qui ravage la Syrie depuis quatre ans.

« Le peuple syrien se sent de plus en plus abandonné par le monde au moment où il entre dans la cinquième année d’une guerre qui ravage le pays », a déclaré M. Ban, selon un communiqué.

« Les souffrances continuent sous les yeux de la communauté internationale, qui reste divisée et incapable de prendre des mesures collectives pour arrêter la tuerie et la destruction », a-t-il fustigé.

« J’appelle le Conseil de sécurité à prendre des mesures résolues pour résoudre cette crise et déterminer la voie à suivre », a-t-il ajouté.

Le Conseil de sécurité ne parvient pas à présenter un front uni sur la manière de ramener la paix en Syrie. La Russie, qui dispose d’un droit de veto, bloque toutes les résolutions visant le président syrien Bachar al-Assad, grand allié de Moscou.

Cet appel de M. Ban rejoint celui lancé jeudi par de grandes ONG à l’occasion du quatrième anniversaire du début du conflit, qui a éclaté le 15 mars 2011 et a fait plus de 210.000 morts.

Quelque 21 organisations de défense de droits de l’homme accusent la communauté internationale d’avoir trahi ses idéaux en n’ayant pas atténué la souffrance des millions de civils dont la vie a été bouleversée par quatre années de guerre.

Dans un rapport intitulé « Échec coupable en Syrie », elles critiquent l’incapacité des États à faire appliquer une série de résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU visant à protéger les civils et prévoyant un plus grand accès à l’aide humanitaire pour des millions de Syriens.

Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, a abondé dans le sens des ONG, en déclarant que la crise actuelle constituait une trahison de nos idéaux.

« Nous ne sommes pas censés regarder les autres souffrir et mourir en 2015, sans rien faire », a-t-il dit à l’AFP.

Les violences ont contraint plus de la moitié de la population en Syrie (11,2 millions) à quitter leur foyer, donnant lieu à ce que l’ONU présente comme la pire crise de réfugiés en 20 ans.

Les commentaires sont fermés.