Un jeune Australien auteur présumé d’un attentat-suicide en Irak

0
Une vidéo de propagande qui émanerait du groupe armé État islamique en Irak montre une voiture blanche avec le portrait en gros plan d'un jeune homme qui semble être Jake Bilardi, un adolescent de Melbourne (Site Intelligence Group)
Une vidéo de propagande qui émanerait du groupe armé État islamique en Irak montre une voiture blanche avec le portrait en gros plan d’un jeune homme qui semble être Jake Bilardi, un adolescent de Melbourne (Site Intelligence Group)

Un adolescent australien qui aurait commis un attentat-suicide en Irak était sous surveillance et son passeport avait été annulé, a dit le gouvernement australien jeudi.

Une photo mise en ligne, tirée d’une vidéo de propagande qui émanerait du groupe djihadiste État islamique en Irak (EI), montre une voiture blanche avec le portrait en gros plan d’un jeune homme qui semble être Jake Bilardi, un adolescent de Melbourne.

Cette photo montrerait le jeune homme de 18 ans, également connu sous le nom d’Abou Abdoullah al-Australi avant qu’il ne commette une attaque-suicide contre une unité de l’armée irakienne dans l’ouest de l’Irak. Ces affirmations n’ont pu être vérifiées de sources indépendantes.

«Je peux confirmer que le gouvernement australien cherche actuellement à vérifier de manière indépendante les informations selon lesquelles un adolescent de 18 ans de Melbourne, Jake Bilardi, a été tué dans un attentat-suicide au Proche-Orient», a déclaré la ministre australienne des Affaires étrangères Julie Bishop.

«Si ces informations se confirmaient, il s’agirait d’un nouveau cas tragique d’un jeune Australien entraîné dans une mort violente et absurde par une organisation terroriste brutale qui veut imposer la souffrance et la misère, non seulement en Irak et en Syrie, mais au-delà», a-t-elle ajouté.

Au moins 17 personnes sont mortes et près de 40 ont été blessées mercredi dans une attaque coordonnée des djihadistes à Ramadi, chef-lieu de la province d’Al-Anbar, selon un responsable de la police et un médecin de l’hôpital de Ramadi.

Un Belge, un Syrien et un djihadiste originaire du Caucase faisaient aussi partie des kamikazes, selon des informations diffusées par des comptes pro-EI sur les réseaux sociaux.

Le groupe Fairfax Media avait identifié cette semaine comme étant celle de Bilardi une photographie d’un adolescent posant avec un fusil aux côtés de combattants de l’EI et qui circulait sur l’internet.

Des fidèles de deux mosquées de Melbourne et des amis de Jake Bilardi avaient confirmé qu’il s’agissait bien de lui et expliqué qu’il s’était converti à l’islam après le décès de sa mère des suites d’un cancer.

D’après la Australian Broadcasting Corporation, Bilardi a laissé derrière lui avant de quitter le domicile familial à Melbourne du matériel entrant dans la composition d’engins explosifs.

Sa famille avait alors alerté les autorités.

Un blogue attribué à Abou Abdoullah Al-Australie lui prêtait le projet de commettre des attentats en Australie.

Mme Bishop s’est refusée à confirmer ces informations, déclarant toutefois que l’Australie avait eu «depuis quelques temps des raisons de placer M. Bilardi sous surveillance». Le passeport de l’adolescent, parti d’Australie en août, avait été annulé en octobre.

L’Australie a élevé son niveau d’alerte à la menace terroriste en septembre dernier. D’après Mme Bishop, 90 Australiens combattent actuellement dans les rangs djihadistes en Irak et en Syrie. Au moins 20 autres ont été tuées.

Les commentaires sont fermés.