Affaire Petraeus: l’ancien directeur de la CIA s’excuse et reçoit sa condamnation

0
L'ex-chef de la CIA est condamné à deux ans avec sursis. (Archives/Shau Curry/AFP/Getty)
L’ex-chef de la CIA est condamné à deux ans avec sursis. (Archives/Shau Curry/AFP/Getty)

Il semble que la longue déchéance de l’ancien directeur de la CIA touche à sa fin, David Petraeus a en effet plaidé coupable et a reçu sa condamnation jeudi devant un tribunal fédéral pour partage d’informations classifiées.

Le juge américain David Keesler a condamné le général Petraeus à deux ans de probation et une amende de 100.000$, rejetant par là même une recommandation qui lui avait été faite de 40.000$ compte tenu de la gravité des accusations.

Le magistrat a qualifié les actions commises par M.Petraeus de «graves erreurs de jugement»  en contradiction avec «les 37 années de succès de la carrière militaire» de l’ancien chef des services de renseignement américains.

Bien qu’aucunes des informations sensibles ne soient passées dans le domaine publique, la procureur américaine par intérim Jill Westmoreland Rose a affirmé que Petraeus a commis une infraction grave: «Il a été chargé de la sécurité les plus sensibles de la nation», dit-elle. «Le défendeur a trahi cette confiance.»

«Je tiens à m’excuser pour la douleur que mes actions ont causé», a finalement déclaré le général Petraeus.

Rappel des faits

Son ex-maîtresse, Paula Broadwell, ancien officier de réserve de l’armée, avait une liaison avec le général en 2011, quand elle a été l’interviewer pour la rédaction de la biographie du célèbre militaire, «All In: The Education of General David Petraeus».

Les enquêteurs de la police fédérale américaine ont découvert l’affaire alors qu’ils enquêtaient sur des allégations de cyberharcèlement qui avaient été faites par Jill Kelley, une des amies de David Petraeus.

Jill Kelley, de Tampa, en Floride, avait mis le F.B.I, sur la piste lorsqu’elle s’était plainte qu’une personne anonyme lui avait envoyé des courriels menaçants l’enjoignant de se tenir loin de David Petraeus.

Les agents de la police fédérale ont alors déterminé que les emails venaient de Mme Broadwell et, en enquêtant sur elle, ils ont découvert que le patron de la C.I.A.  avait partagé des informations classifiées avec sa maîtresse.

David Petraeus a alors brusquement démissionné, vendredi 9 novembre 2012, en tant que directeur de la CIA, avouant avoir eu une aventure extraconjugale.

Le président Barack Obama avait déclaré en conférence de presse quelques jours plus tard, mercredi 14 novembre, qu’il n’avait  toutefois vu aucune preuve que le scandale qui avait conduit à la démission du directeur de la CIA David Petraeus ait nui à la sécurité nationale.

«Je n’ai aucune preuve à ce stade, à partir de ce que j’ai vu, que des informations classifiées aient été révélées d’une façon qui aurait eu un impact négatif sur notre sécurité nationale», avait alors déclaré le président américain en réponse à une question d’un journaliste.

Puis, en mars 2013, l’ancien directeur avait présenté ses excuses pour «l’erreur» qui l’avait contraint à démissionner.

Le 10 Janvier dernier, le  FBI et le parquet fédéral des États-Unis avait d’ailleurs vivement recommandé d’engager des poursuites contre l’ancien patron de la CIA pour avoir transmis des documents confidentiels à sa maîtresse

Etudiant en relations internationales à Sciences po Toulouse en France, Bastien se passionne pour les questions de défense et de sécurité à l’internationale. Sa curiosité prononcée pour l’actualité militaire et l’attrait du journalisme l’on incité à rejoindre l’équipe de 45eNord en tant que stagiaire.

Les commentaires sont fermés.