Colombie: sept militaires arrêtés pour avoir vendu des armes à la guérilla

0
Une partie des armes saisies dans une opération contre des membres des FARC colombiens au Costa Rica (La Prensa)
Une partie des armes saisies dans une opération contre des membres des FARC colombiens au Costa Rica en 2013 (La Prensa)

Sept militaires et six civils, soupçonnés d’avoir vendu des armes à la guérilla des Farc ainsi qu’à des narcotrafiquants et des délinquants, ont été arrêtés mercredi en Colombie, a annoncé la justice.

Ces 13 personnes « formaient apparemment une organisation dédiée au trafic d’armes, de munitions et d’explosifs à destination des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie, ndlr) mais aussi de délinquants de droit commun et aux Bacrim », des bandes criminelles, a précisé le parquet dans un communiqué.

Les Bacrim sont des groupes de narcotrafiquants apparus lors de la démobilisation de quelque 30.000 paramilitaires d’extrême-droite, sous le premier gouvernement de l’ex-président conservateur Alvaro Uribe (2002-2006).

Les suspects, qui seront poursuivis pour trafic d’armes et recel de matériel volé, ont été arrêtés dans plusieurs villes du pays: la capitale Bogota, mais aussi Popayan (ouest), Puerto Berrio (nord-ouest) et dans la base militaire de Tolemaida (centre), l’une des plus grandes de Colombie.

« Le matériel trafiqué était volé dans différentes garnisons militaires » et ensuite revendu, un circuit mis en place depuis 2012, a indiqué le communiqué.

Selon l’armée, certains militaires « utilisant leur poste administratif (…) émettaient de faux documents techniques de perte de matériel, d’armes, de munitions, de viseurs nocturnes » afin de camoufler le vol.

« C’est le genre de choses difficile à croire, que des membres de notre institution fassent ça », a commenté devant des journalistes le ministre de la Défense, Juan Carlos Pinzon.

La Colombie est déchirée depuis plus d’un demi-siècle par un conflit auquel ont participé des guérillas de gauche, des paramilitaires d’extrême-droite, les militaires et des bandes de narcotrafiquants.

Ce conflit, le plus ancien d’Amérique latine, est responsable officiellement de 220.000 morts et plus de 5,3 millions de déplacés.

Les Farc, principale guérilla du pays avec plus de 8.000 combattants selon les estimations officielles, sont justement en train de négocier depuis novembre 2012 à Cuba un processus de paix avec le gouvernement colombien.

Les commentaires sont fermés.