Course à la supériorité sous-marine, gare aux Chinois

1
Une photo de ce qui pourrait être l'un des trois nouveaux sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire de type 093G, avec un système de lancement vertical en mesure de tirer des missiles anti-navires supersoniques (Pakistan Defence)
Une photo de ce qui pourrait être l’un des trois nouveaux sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire de type 093G, avec un système de lancement vertical en mesure de tirer des missiles anti-navires supersoniques (Pakistan Defence)

La marine chinoise se prépare à mettre en service trois nouveaux sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire dotés d’un système de lancement vertical en mesure de tirer des missiles anti-navires supersoniques, rapportait il y a quelques jours le China Daily, un quotidien chinois contrôlé par l’État et le plus important des journaux en anglais du pays.

La Télévision centrale de Chine a montré pour sa part des images satellites plus tôt cette semaine des trois sous-marins ancrés à un port non identifié, affirmant que ces nouveaux sous-marins sont les plus avancés des sous-marins d’attaque chinois de type 093G.

« Le type 093G est considéré comme une version améliorée du type 093 [la classe Shang, ndlr], deuxième génération de sous-marins d’attaque chinois à propulsion nucléaire, entrée en service actif il y a plusieurs années. Avec une coque en forme de larme, le sous-marin est plus long que son prédécesseur et possède un système de lancement vertical, », rapporte le quotidien chinois.

Le site de la Marine chinoise a déclaré que la cette nouvelle version est conçue pour réduire le bruit, améliorer la vitesse et la mobilité et lancer les tout derniers missiles supersoniques chinois anti-navires YJ-18.

La Chine a monté sa force de sous-marins nucléaires au début des années 1970, mais ne les avait jamais vraiment montré au monde extérieur jusqu’en 2009, lorsque deux sous-marins nucléaires ont pris part à une cérémonie marquant le 60e anniversaire de la fondation de la marine de l’Armée Populaire de libération, dit encore le China Daily.

En fait, selon les dirigeants de la Marine chinoise, celle-ci opérerait maintenant un plus grand nombre de sous-marins d’attaque que les forces américaine et la portée de leurs missions ne cesserait de croître.

« Leur force sous-marine a augmenté à un rythme effréné. Ils ont maintenant plus de sous-marins à moteur diesel et de sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire que nous en quantité totale, mais, pour ce qui est de la qualité qualité, ils ne sont pas ‘encore là' », a déclaré pour sa part le vice-amiral américain Joseph Mulloy, chef adjoint des opérations navales, de l’intégration des capacités et des ressources.

Prenant la parole devant le sous-comité des Forces armées de la Chambre des représentants sur le budget de la Marine, le vice-amiral Mulloy a également souligné que les Chinois ont rapidement élargi la portée de leurs missions sous-marines et de leurs patrouilles.

« Ils [les Chinois, ndlr]produisent des sous-marins assez étonnants. Ils ont maintenant effectué trois déploiements dans l’océan Indien. Ils s’étendent là où vont leurs sous-marins », a-t-il déclaré au sous-comité « Nous savons qu’ils expérimentent, travaillent, opèrent et ont certainement envie d’être présents dans l’univers des sous-marins de pointe. »

Le vice-amiral Mulloy a aussi déclaré qu’un sous-marin lanceur de missile balistique chinois avait effectué  récemment une mission en mer de 95 jours.

Ce récent développement implique qu’à l’avenir les sous-marins chinois lanceurs de missiles balistiques dotés d’ogives nucléaires auraient la capacité de toucher des parties de l’Alaska et d’Hawaï à partir de l’océan Pacifique.

La question du développement des sous-marins chinois a d’ailleurs  été abordée en détails dans le rapport annuel de la Commission d’examen de la sécurité US-Chine déposé au Congrès l’an dernier.

http://www.45enord.ca/wp-content/uploads/2015/04/150407-jl2_642.jpg

La commission a indiqué que les plans de modernisation chinois prévoient une forte augmentation des sous-marins d’attaque et des sous-marins lanceurs de missiles balistiques. En outre, les lanceurs chinois sont maintenant en mesure de patrouiller avec, à bord, les missiles nucléaires JL-2, capables de frapper des cibles à plus de 4500 miles nautiques.

En outre, les Chinois travaillent actuellement sur un nouveau lanceur encore plus moderne ainsi que sur un missile à plus longue portée, le JL-3, a aussi indiqué la commission.

De plus, bien que la Commission affirme que le montant exact des dépenses militaires chinoises est difficile à évaluer avec exactitude, on apprenait le mois dernier que, malgré le recul au chapitre de sa croissance économique, la Chine porte son budget militaire à 145 milliards $ US, une augmentation de 10 %, pour faciliter la modernisation de ses capacités de défense.

 

Et ce n’est que la pointe de l’iceberg. « Dans les cinq à huit ans, ils [les Chinois, ndlr]auront environ 82 sous-marins dans la région Asie-Pacifique et nous en aurons environ 32 à 34 « , s’est inquiété pour sa part le président du sous-comité des Forces armées de la Chambre des représentants, le représentant Randy Forbes (Républicain-Virginie).

Selon le vice-amiral Mulloy, bien que que les États-Unis bénéficient actuellement d’un avantage technologique sur la Chine, quand il s’agit de sous-marins et des technologies sous-marines, il y néanmoins de bonnes raisons de s’inquiéter pour l’avenir.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

  1. L’avantage pour les États-Unis est d’avoir des installations au large des côtes chinoises de la Corée a Singapour. Mais le nombre est une qualité en soi…