Le NCSM Iroquois bientôt décommissioné après 43 ans de service

On voit ici 8 vaisseaux de guerre canadiens quittant la BFC Halifax en novembre 2007: au premier plan le NCSM Iroquois, suivi d'un hélicoptère Sea King (Photo: caporal Rod Doucet, Service d'imagerie de la Formation, Halifax)
On voit ici 8 vaisseaux de guerre canadiens quittant la BFC Halifax en novembre 2007: au premier plan le NCSM Iroquois, suivi d'un hélicoptère Sea King (Photo: caporal Rod Doucet, Service d'imagerie de la Formation, Halifax)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
On voit ici 8 vaisseaux de guerre canadiens quittant la BFC Halifax en novembre 2007: au premier plan le NCSM Iroquois, suivi d'un hélicoptère Sea King (Photo: caporal Rod Doucet, Service d'imagerie de la Formation, Halifax)
Le NCSM Iroquois, suivi d’un hélicoptère Sea King (Caporal Rod Doucet/Service d’imagerie de la Formation, Halifax)

La trop forte présence de rouille, de fissures et l’état général d’usure du navire ont obligé les autorités de la Marine royale canadienne à pousser l’Iroquois à la retraite.

En 2014, le premier navire de la classe Iroquois avait montré ses ultimes signes d’usures.

Des ingénieurs et architectes navals avaient en avril de la même examiné la corrosion sur une zone qui s’étend entre les deux ponts sur le NCSM Iroquois. Une inspection qui avait valu au navire d’être retiré de son service.

Par ailleurs, l’Iroquois présentait des fissures apparentes dues à l’usure qui avait été trouvées en février de l’année dernière lorsque le navire était à Boston. Une équipe d’ingénieurs s’était alors rendu aux États-Unis pour l’inspecter et avait jugé que le navire pouvait rentrer à son port d’attache, Halifax.

La décommission du NCSM Iroquois s’inscrit dans le cadre du programme de modernisation de la marine canadienne.

Ce dernier comprend la modernisation des 12 frégates de la classe Halifax et l’achat de trois nouvelles classes de navires, notamment les navires de soutien interarmées, les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique et les navires de combat de surface canadiens, ainsi que l’intégration d’un nouvel aéronef maritime au sein de la flotte.

Néanmoins, le fait est qu’avec le retrait du NCSM Iroquois, qui est l’un des trois destroyers dont dispose la marine canadienne, les forces navales perdent un atout capacitaire majeur.

Rappelons que les destroyers sont des navires commandement et de contrôle, mais sont également les seuls navires de guerre qui ont des systèmes de missiles de défense aérienne à longue portée.

Les Forces maritimes de l’Atlantique invitent tous les membres des Forces armées canadiennes en service ou à la retraite qui ont servi à bord du NCSM Iroquois à assister à la cérémonie de fin de service du navire qui se tiendra le 1er mai, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.