Égypte: l’ex-président Morsi échappe à la peine de mort pour le moment

0
46
L'ancien président islamiste Mohamed Morsi lors de son procès le 8 janvier 2015 au Caire (AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
L'ancien président islamiste Mohamed Morsi lors de son procès le 8 janvier 2015 au Caire (AFP)
L’ancien président islamiste Mohamed Morsi lors de son procès le 8 janvier 2015 au Caire (AFP)

L’ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l’armée, a été condamné mardi à 20 ans de prison pour des violences mais a échappé dans un premier procès à la peine de mort que beaucoup prédisaient à l’aune de l’implacable répression visant son mouvement.

Avec 12 co-accusés, essentiellement des responsables de sa confrérie des Frères musulmans et de son gouvernement d’alors, il a été reconnu coupable d’avoir « usé de la violence, fait arrêter et torturer des manifestants » en marge d’une manifestation le 5 décembre 2012 devant un palais présidentiel du Caire. Deux autres accusés ont écopé de 10 ans de prison.

Mais les 15 ont tous été acquittés des chefs d’incitation au meurtre d’un journaliste et de deux manifestants lors de la dispersion de cette manifestation, qui avait fait au moins dix morts, dont des pro-Morsi.

Ce verdict apparaît comme relativement clément au regard des peines capitales prononcées systématiquement dans d’autres procès contre les principaux dirigeants de la confrérie islamiste de M. Morsi, laquelle avait remporté toutes les élections entre la chute de Hosni Moubarak en 2011 et celle du président islamiste en 2013–, mais aussi contre des centaines de ses partisans.

Les avocats de la plupart des accusés ont annoncé qu’ils feraient appel, précisant que, pour le cas de M. Morsi, ils lui demanderaient d’abord son avis. En effet, l’ex-président destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet a toujours refusé de prendre un avocat et, se proclamant « seul président de l’Egypte » durant toutes les audiences, il a récusé la légitimité de ses juges.

Mais l’ex-président encourt la peine de mort dans trois des quatre autres procès qui lui sont intentés, dont deux pour « espionnage » et un pour son évasion de prison durant la révolte de 2011.

Dans son uniforme blanc de détenu dans un box grillagé doublé d’une vitre épaisse le rendant inaudible, M. Morsi s’est levé et a levé les deux poings à l’énoncé du verdict, a rapporté un journaliste de l’AFP dans la salle de ce tribunal tapi au coeur de l’académie de police du Caire, entouré d’un imposant dispositif de sécurité. Les autres accusés étaient massés dans un autre box grillagé et insonorisé.

L’acquittement des chefs d’incitation au meurtre de deux manifestants et d’un journaliste le 5 décembre 2012 « est une surprise, nous ne nous y attendions pas, nous pensions qu’ils seraient condamnés » au moins à la prison à vie, a déclaré à l’AFP à la sortie du tribunal Ramy Ghanem, un avocat des familles des victimes.

La plupart des experts et défenseurs des droits de l’Homme, estimant que la justice est « instrumentalisée » par le nouveau pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi, l’ex-chef de l’armée tombeur de M. Morsi, s’attendaient à des peines capitales ou de prison à vie.

Depuis la destitution de M. Morsi, policiers et soldats du nouveau pouvoir ont tué plus de 1.400 manifestants pro-Morsi et emprisonné plus de 15.000 de ses partisans. Des centaines, dont le Guide suprême des Frères musulmans Mohamed Badie et d’autres dirigeants, ont été condamnés à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes et qualifiés par l’ONU de « sans précédent dans l’Histoire récente » du Monde.

Répression implacable

Le régime de M. Sissi, qui jouit d’une popularité indéniable auprès d’une opinion lassée par l’instabilité politique, est considéré par les organisations internationales de défense des droits de l’Homme comme bien plus répressif que celui de M. Moubarak. M. Sissi a été élu président en mai 2014, haut la main mais après avoir éliminé de la scène politique toute opposition, islamiste mais aussi libérale et laïque.

Les grandes figures de la jeunesse de gauche à l’origine de la révolte de 2011, dans la lignée des Printemps arabes, ont été emprisonnés en 2013 et 2014, essentiellement pour « manifestations illégales ».

La relative clémence du verdict de mardi a surpris bon nombre d’observateurs et pourrait être interprétée comme une volonté de M. Sissi de détendre l’atmosphère sur la scène politique après avoir éliminé ou muselé toute opposition. Même si les grandes capitales occidentales –le grand allié américain au premier chef– ont reconnu le pouvoir de M. Sissi et soigneusement évité de parler de coup d’Etat, elles s’émeuvent régulièrement, même du coin des lèvres, de la répression qui sévit en Egypte. Et, feint ou sincère, le nouveau président a manifesté à diverses reprises son agacement devant les verdicts excessifs des juges lors des procès de masse.

« La condamnation d’un président élu, renversé par une intervention militaire -même populaire-, sera mal perçue à l’international », avait averti avant le verdict H. A. Hellyer, de la Brookings Institution, un think-tank basé à Washington.