Fin de l’opération NUNALIVUT 2015 dans le grand Nord canadien

1
126
Un CC-138 Twin Otter dépose un générateur et d'autres engins sur le site du HMS Erebus lors de l'opération Nunalivut le 9 avril 2015. (MS Peter Reed/Services d'imagerie, Halifax)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Un CC-138 Twin Otter dépose un générateur et d'autres engins sur le site du HMS Erebus  lors de l'opération Nunalivut le 9 avril 2015. (MS Peter Reed/Services d'imagerie, Halifax)
Un CC-138 Twin Otter dépose un générateur et d’autres engins sur le site du HMS Erebus lors de l’opération Nunalivut le 9 avril 2015. (MS Peter Reed/Services d’imagerie, Halifax)

Après presque un mois d’activités à Cambridge Bay, au Nunavut, et dans les environs, l’opération NUNALIVUT 2015 vient de prendre fin, ce 22 avril.

Commandée par la Force opérationnelle interarmées (Nord), l’opération NUNALIVUT 2015 avait débuté le 1er avril et a rassemblé plus de de 200 militaires de partout au Canada.

Des membres des FAC du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (1 GPRC), du 3e Bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (3 PPCLI) et de l’Aviation royale canadienne ont ainsi pris part à NUNALIVUT 2015 qui visait à réaffirmer la souveraineté canadienne dans le nord arctique en démontrant une capacité à opérer dans les rudes conditions des régions septentrionales Arctiques et d’améliorer la capacité des FAC à répondre à toute situation dans le Nord canadien.

Une édition 2015 qui a notamment inclus des opérations de plongée sous la glace arctique menées par la marine royale canadienne et des archéologues sous-marins de Parcs Canada. Un effort visant à en apprendre davantage sur le sort du Navire de Sa Majesté (NSM) Erebus, un des deux navires de l’expédition Franklin disparus en 1846.

Une contribution à la recherche historique qu’a souligné le Lieutenant-colonel John St. Dennis, commandant de la Force opérationnelle de l’opération: «Nous nous souviendrons certainement pendant des années de cette édition de l’opération NUNALIVUT, en raison de l’importance historique de la plongée sur l’emplacement d’un des navires disparus de l’expédition Franklin ».

Concernant les aspects logistiques, un camp temporaire a été construit près de l’emplacement du Système d’alerte du Nord (NWS) de Cambridge Bay pour héberger les militaires faisant partie des composantes des opérations et de soutien de l’édition 2015.

Pour dresser ce camp, 45 tonnes de matériel ont été expédiés vers le Nord à partir de Yellowknife et d’autres endroits plus au sud du pays, nous apprend un communiqué de la Défense nationale.

Lors de sa visite sur place le 8 avril dernier, Julian Fantino, ministre associé de la Défense nationale avait déclaré avoir eu «l’occasion de constater en personne le travail des membres des Forces armées canadiennes dans le Haut-Arctique, et j’ai été extrêmement fier de leur capacité d’opérer efficacement dans un climat aussi difficile».

1 COMMENT

  1. c’est bien mais…c’est pas assez! nos militaires merite le respect, mais m. harper doit mettre les bouchees doubles et investir plus: exercice de plus grande envergure, tant en soldat, aviateur, marin. quand equipement militaires….[ un twin otter jaune et une poignier de rangers avec des .303 ca plus l’air d’une partie de chasse amical qu’autre choses.

Comments are closed.