Guillaume Gélinas: 10e report, le mandat de son avocat maintenant «à confirmer»

0
Guillaume Gélinas avec sa belle-mère, Julie Lemieux, et son P`re Luc Gélinas, en des temps plus heureux (photo tirée de la page Facebook de Luc Gélinas)
Guillaume Gélinas avec sa belle-mère, Julie Lemieux, et son P`re Luc Gélinas, en des temps plus heureux (photo tirée de la page Facebook de Luc Gélinas)

Le dossier de Guillaume Gélinas, accusé du meurtre prémédité de son père et de sa belle-mère dans une résidence de Terrebonne en février, a une fois de plus été reporté au palais de justice de Joliette.

La cause a maintenant été remise pro forma au 7 mai.

La raison de report, cette fois, est que son avocat, Me Jonathan Meunier, doit confirmer son mandat, a-t-on appris.

Me Meunier n’était d’ailleurs pas présent au Palais de justice de Joliette, mais Me Laurence Fany Lester, qui le remplaçait à cette audience, a demandé à ce que le dossier soit reporté une fois de plus.

Me Lester a expliqué à la cour que Me Meunier devait rencontrer son client afin de «confirmer son mandat». Quelques soient l’objet des discussions qu’auront Me Meunier et Guillaume Gélinas d’ici le 7 mai, il semble qu’il puisse y avoir lieu de faire reconfirmer le mandat qu’un avocat a reçu de son client dans une affaire de cette importance.

Entre temps, bien sûr, le jeune réserviste demeure toujours détenu à la prison de St-Jérôme.

Famille impatiente

C’est donc le 10e report dans le dossier de ce caporal-chef de la Réserve de l’Armée canadienne accusé d’avoir tué son père et la conjointe de ce dernier en février 2014 alors que, depuis quelques mois déjà, certains membres de la famille d’une des victimes ne cachait pas commencer à trouver le temps long.

Gélinas avait été appréhendé dans les heures suivant les tragiques événements survenus le 14 février à Terrebonne à la résidence des victimes, son père et la conjointe de celui-ci à Terrebonne.

C’est lundi 17 février il y a bientôt un an que Gélinas avait comparu en personne pour une première fois au palais de Justice de Joliette pour y être formellement accusé.

«C’est la 11e apparition au rôle: des membres de la famille des victimes sont présents et ils souhaitent que le tout avance», a déclaré pour sa part l’avocat de la Couronne dans cette affaire, Me Éric Côté, cité par la presse régionale.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.