L’ancien premier ministre Jean Chrétien rencontrera Vladimir Poutine à Moscou

2
186
L'ancien Premier ministre libéral Jean Chrétien en 2010 (WikiCommons)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L'ancien Premier ministre libéral jean Chrétien en 2010 (WikiCommons)
L’ancien Premier ministre libéral jean Chrétien en 2010 (WikiCommons)

L’ancien premier ministre Jean Chrétien rencontrera le président russe Vladimir Poutine à Moscou la semaine prochaine pour discuter des relations de ce pays avec l’Occident pour discuter des tensions entre le Kremlin et l’Occident, a annoncé vendredi l’InterAction Council.

La réunion Chrétien-Poutine est pas sanctionnée par Ottawa ou entrepris au nom du gouvernement canadien. « Nous sommes conscients d’une réunion peut se produire. M. Chrétien ne représente pas le gouvernement du Canada », a fait savoir vendredile porte-parole du bureau du premier ministre Stephen Lecce.

C’est plutôt au nom de l’InterAction Council que l’ex premier ministre canadien rencontrera le maître du Kremlin.

L’InterAction Council est un groupe d’anciens dirigeants du monde. dont Jean Chrétien, qui dirigea le Canada de 1993 à 2003 est le co-président avec Franz Vranitzky , ex-chancellier d’Autriche de 1986 à 2003.

Le Conseil a été établi en 1983 en tant qu’organisation internationale indépendante pour mobiliser l’expérience, l’énergie et les contacts internationaux d’un groupe de plus de trente d’hommes d’État, qui ont occupé les plus hautes fonctions dans leurs pays respectifs, comme l’ancien président américain Bill Clinton et l’ancien Premier ministre britannique John Major.

Les membres du Conseil conçoivent et formulent des recommandations et des solutions pratiques aux problèmes politiques, économiques et sociaux auxquels est confrontée le monde.

La visite de Jean Chrétien intervient à un moment où les relations sont de plus en plus tendues entre la Russie et l’Occident, en particulier le Canada.

Le gouvernement conservateur du Premier ministre Stephen Harper a critiqué de façon presque virulente la Russie depuis le début de la crise ukrainienne et a annoncé le 14 avril une mission de deux ans en Ukraine au cours de laquelle les soldats canadiens se joindront aux Américains et aux Britanniques pour former les militaires et la Garde nationale ukrainienne.

Alors que l’Ukraine connaît un regain de tensions deux mois après l’entrée en vigueur d’une trêve, provoquant l’inquiétude des médiateurs internationaux, l’arrivée de conseillers dont la mission est d’entraîner les soldats ukrainiens devant combattre les séparatistes prorusses a déclenché la colère du Kremlin qui a crié à la «déstabilisation».

Tout aussi inquiétant, la crise ukrainienne s’est invité à la réunion du Conseil de l’Arctique qui s’est tenu du 24 au 25 avril au bord de l’océan Arctique dans la capitale du territoire canadien du Nunavut, Iqaluit, alors que le Canada ne s’est pas gêné pour se servir de cette tribune pour dénoncer «l’agression militaire» de la Russie envers l’Ukraine, alors que les réunions du Conseil ne sont pas censées porter sur les questions militaires ou de défense.

La rencontre de jean Chrétien et Vladimir Poutine devrait avoir lieu jeudi, mais la date pourrait changer.

Le Conseil a révélé que le « point de l’ordre du jour principal» pour la discussion de Chrétien avec Poutine sera «l’état actuel des relations entre la Russie et l’Occident. »

L’ex premier ministre canadien fera plus tard rapport sur ses discussions avec Poutine lors de la rencontre avec les autres membres du Conseil au Pays de Galles en juin.

2 COMMENTS

  1. Je vois cette rencontre comme une traîtrise de la part de Jean Crétin, le Québec paye encore la traîtrise de cet homme, je ne vois même pas pourquoi qui que se soit pourrait lui accorder la moindre importance!

  2. Jean Chretien a fait du tort au Québec et les contrats frauduleux qui ont couté des sommes astronomique aux contribuable canadien et le voila pour faire quoi au juste le diplomate. la seule chose qu’Il peut faire c’est faire comme l’artillerie, qu’il se tire ailleurs, ou bonsoir il est partie ou bien qu’Il fasse comme Snowden qu’Il reste avec Poutine le con

Comments are closed.