Le gouvernement classe secret les coûts des missions en Irak et en Europe de l’est

1
Document secret ou simple document oublié?
Le gouvernement conservateur a pris la décision de classifier les coûts de plusieurs opérations militaires, et ce, sans en donner la moindre explication.

Après les communications qui se verrouillent, c’est une nouvelle étape qui vient d’être franchie par le gouvernement conservateur de Stephen Harper alors qu’il vient de décréter une non-publication sur les coûts futurs des missions militaires en Irak et en Syrie (Opération IMPACT) et en Europe de l’Est (Opération REASSURANCE).

– – –

Mise à jour à 19h

Revirement de situation alors que le ministre de la Défense nationale Jason Kenney a finalement révélé quels seraient les coûts lors d’un point de presse improvisé aujourd’hui.

Le gouvernement prévoit ainsi dépenser 406 millions $ pour la mission en Irak au cours du prochain exercice financier qui s’est amorcé mercredi. Ce montant s’ajoute aux 122,5 millions $ prévus au cours de l’exercice financier précédent.

«Si on se fie au passé, ce chiffre augmentera mais c’est notre meilleure estimation. Le conseil des ministres a approuvé des dépenses supplémentaires en se basant sur cette estimation.»

– – –

La Chambre des communes a approuvé lundi soir une motion pour prolonger l’Opération IMPACT contre le groupe armé État islamique en Irak pour une année supplémentaire, et étendre les frappes aériennes en Syrie.

En Europe, le Canada a envoyé une frégate avec la flotte permanente de l’OTAN, des CF-18 pour la police de l’air au-dessus de la mer Baltique et des troupes au sol pour des exercices terrestres avec d’autres nations alliées. Tout cela est destiné à montrer la solidarité occidentale face à l’annexion de la Crimée par la Russie.

Plus de déploiements et de formation sont attendus cette année, notamment à compter de cet été.

Or, tard mardi, le Conseil du Trésor a déposé son rapport sur les plans et les priorités pour le prochain exercice fiscal, et le gouvernement ne donne pas plus d’indications quant à la facture de l’implication à venir du Canada; les coûts de l’Opération Impact et de l’Opération Reassurance étant «classifiés», selon la Défense nationale.

Pour Dave Perry, analyste à l’Institut de la Conférence des Associations de la Défense, il s’agit de la première fois depuis les débuts de ce type de divulgation parlementaire en 1996-97 que les évaluations de coûts pour une opération internationale sont gardées secrètes. «Je n’ai absolument aucune idée de pourquoi ces informations ne sont pas communiquées, et je suis étonné que c’est […] Je n’arrive pas à trouver une raison pourquoi cette information – pour la première fois – on considère maintenant qu’elle doit être classifiée et non publiable».

À peine arrivé en poste en février, le nouveau ministre de la Défense nationale Jason Kenney avait décidé de rendre public les coûts déjà passés de la mission en Irak. Ainsi, selon les estimations, les six premiers mois de l’Opération IMPACT auront coûtés 122 millions $ aux contribuables canadiens.

Le directeur parlementaire du budget, qui s’est vu refuser l’accès à une bonne partie des informations pourtant nécessaires, a estimé qu’il en coûterait environ 350 millions $ pour une année supplémentaire, et ce, sans extension de la mission en Syrie. Entre le coût des munitions et l’exploitation et l’entretien des avions, la facture devrait logiquement être encore plus élevé de plusieurs dizaines de millions $ et tourner autour de 400 millions.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

DiscussionUn commentaire

  1. Ils peuvent cachés les dépenses pour le moment, mais au prochaine élection, si ils perdent, le nouveau gouvernement ne prendra pas de gant pour afficher les dépenses frauduleuse du régime dictateur de Harper. Nous avons pas les moyens de faire la guerre a des pays et moins encore pour les navires de guerre demandés et rien non plus pour la classe moyenne. Nous allons vers un désastre économiques. Nous avons pas en tant que Canadien et Canadienne les moyens pour faire la guerre en Ukraine et non plus pour la Syrie et l’Iraq n’en parlons pas. c’est absurde que ce gouvernement se mette a genou devant les
    américains. C’est un jeux que nous avons pas les moyens pour jouer dans la cour des grands et si Harper continu a ce jeu, c’est les générations actuelles et future qui paieront pour les stupidités de ce gouvernement qui eux profiterons de généreuse pensions a vie et nous des coupures et une qualité de vie de pauvreté